Avalanche (AVAX) en plein blizzard : sa blockchain est à l’arrêt

https://journalducoin.com/actualites/avalanche-avax-plein-blizzard-blockchain-panne-arret/

Le coup de la panne. Si la blockchain Solana (SOL) nous avait déjà produit quelques pannes, il semblerait que ce soit une première pour le réseau Avalanche (AVAX). Sur le réseau X, plusieurs observateurs des réseaux blockchains signalent en effet des problèmes de production de blocs sur Avalanche ce vendredi 23 février 2024.

Cet arrêt de production durerait depuis plus deux heures (au moment d’écrire ces lignes) selon certains commentateurs. Selon un tweet de The Block Pro, les développeurs d’Avalanche enquêtent actuellement sur la nature et les causes de cette panne majeure.

Mise à jour : les éléments évoqués ci-dessus sont confirmés sur la page officielle du statut du réseau AVAX (ci-dessous) :

« Blocage de la finalisation des blocs
Enquête – Les développeurs de la communauté enquêtent actuellement sur un blocage dans la finalisation des blocs qui empêche les blocs d’être acceptés sur le réseau principal.
Des mises à jour seront publiées ici au fur et à mesure que le problème sera résolu. »

Avalanche connait une panne de son réseau principal. – Source : status.avax.network

Vous cherchez à acheter les cryptos au meilleur prix ? Mais vous voulez aussi que ça soit au meilleur moment ? Et bien évidemment seulement les meilleurs projets ? Découvrez la toute nouvelle Thématique GameFi

Lien commercial

L’article Avalanche (AVAX) en plein blizzard : sa blockchain est à l’arrêt est apparu en premier sur Journal du Coin.

Salvador : le parti pro-bitcoin obtient la majorité à l’assemblée

https://journalducoin.com/bitcoin/bitcoin-salvador-parti-nayib-bukele-obtient-majorite-assemblee-legislative/

Les nouvelles idées s’imposent. Le président du Salvador fraichement réélu, Nayib Bukele, n’a pas caché une seconde pendant sa campagne son soutien continu à Bitcoin (BTC) , ainsi que son soutien au développement des crypto-actifs dans son pays. Après son large plébiscite par la population, avec 82,66 % des votes en sa faveur aux élections présidentielles, c’est désormais à l’Assemblée législative que son parti politique rafle la mise haut la main.

Le parti Nuevas Ideas remporte 54 des 60 sièges de l’Assemblée législative du Salvador

Après les élections présidentielles remportées le 5 février dernier par Nayib Bukele – qui effectuera donc un second mandat de 5 ans à la tête du Salvador – ce sont les résultats pour l’Assemblée législative (Asamblea Legislativa) qui ont été annoncés ce 19 février 2024.

Et cette élection s’avère comme un raz-de-marée en faveur du parti Nuevas Ideas, qui a été fondé en 2017 par Nayib Bukele. Ainsi, sur les 60 sièges que compte cette chambre parlementaire du Salvador, ce sont 54 sièges qui ont été remportés par les candidats de Nuevas Ideas.

Compte X @DatosAme24

La politique pro-Bitcoin et pro-crypto de Nayib Bukele assurée pour 5 ans

Avec cette très large majorité à l’Assemblée législative, le président Bukele pourra poursuivre sans encombre son programme politique. Après l’adoption de Bitcoin comme monnaie à cours légal au Salvador le 7 septembre 2021, c’est désormais la tokenisation des actifs du monde réel (RWA) qui devrait être la grande avancée crypto du second mandat du jeune président.

Cette tokenisation devrait notamment connaitre une première historique mondiale, puisqu’avec l’aide de Bitfinex, le Salvador devrait émettre les toutes premières obligations d’État basées sur Bitcoin. Bien qu’en retard, ces « Volcano bonds » ou « Volcano tokens » (comme on les surnomme) devrait sortir au cours de ce second mandat. De quoi lever 1 milliard de dollars et construire la ville futuriste de Bitcoin City, également annoncée par Nayib Bukele ?

Il faudra toutefois attendre encore un peu pour de nouvelles grandes annonces/avancées. En effet, par une curiosité constitutionnelle locale, le président Nayib Bukele avait dû démissionner de son poste pour pouvoir se représenter fin 2023. Après le vaste suffrage populaire en sa faveur, il reprendra son poste à la tête du Salvador en juin 2024. En attendant, c’est Claudia Rodríguez de Guevara qui assure la présidence intérimaire du pays.

Vous cherchez à acheter les cryptos au meilleur prix ? Mais vous voulez aussi que ça soit au meilleur moment ? Et bien évidemment seulement les meilleurs projets ? Découvrez la toute nouvelle Thématique GameFi

Lien commercial

L’article Salvador : le parti pro-bitcoin obtient la majorité à l’assemblée est apparu en premier sur Journal du Coin.

Ces 3 facteurs vont pousser Bitcoin à 150 000 dollars selon ce stratège financier

https://journalducoin.com/bitcoin/3-facteurs-pousser-bitcoin-btc-150000-dollars-stratege-fundstrat/

Alignement de planète. Que ce soit dans la finance classique ou au sein même de la cryptosphère, la tendance est au plus grand optimisme chez les acteurs professionnels/institutionnels. Lors d’un récent entretien télévisé, le co-fondateur de Fundstrat a suggéré que 3 facteurs pourraient pousser Bitcoin (BTC) vers des sommets jamais vus auparavant. Détaillons-les ensemble dans cet article.

Convergence des facteurs bullish : Bitcoin au-delà des 150 000 $ dès 2024 ?

Ce 21 février 2021, Tom Lee (Thomas Jong Lee), associé gérant et responsable de la recherche chez les stratèges en investissement de Fundstrat, a participé à l’émission Squawk Box de la chaîne CNBC. Le sujet de Bitcoin est rapidement venu sur la table, et l’analyste n’a pas caché son grand enthousiasme pour le chef de file des crypto-actifs.

Tom Lee estime en effet que le cours du BTC atteindra les 150 000 dollars avant même la fin de cette année 2024. Il faut dire que le stratège de Fundstrat ne tarit déjà pas d’éloges sur la nature même de Bitcoin, sans même encore parler des 3 facteurs favorables que nous allons voir ensuite.

« Oui, [Bitcoin] est une monnaie saine  (« sound money ») (…) Il est une excellente réserve de valeur. (…) [Bitcoin] est aussi incroyablement sûr. Il n’y a pas eu un seul effort frauduleux depuis sa création. Je pense qu’aucune banque ne peut en dire autant. »

Tom Lee, associé gérant de Fundstrat

Les 3 facteurs gagnants : ETF, halving, et réduction des taux de la Fed

Pour nos plus fidèles lecteurs, les 3 raisons qui rendent Tom Lee si optimiste pour Bitcoin ne seront pas inconnues, mais plutôt une nouvelle fois confirmées :

« La demande augmente avec les nouveaux ETF [Bitcoin au comptant], l’offre diminuera avec la réduction de moitié [des BTC produits] due au halving, et si la politique monétaire s’assouplit, ce que nous prévoyons, cela soutiendra les actifs à risque. »

Tom Lee

En effet, l’acceptation des ETF spot de Bitcoin le 10 janvier dernier a permis une facilité d’exposition au roi des cryptos qui a généré une forte demande, notamment auprès des investisseurs institutionnels.

Ainsi, déjà à l’heure actuelle, 10 fois plus de BTC rentrent dans les ETF récemment validés qu’il n’en est produits de nouveaux par les mineurs. Et avec le halving du célèbre réseau blockchain, prévu dans moins de 2 mois (fin avril 2024), les bitcoins pourraient être dévorés encore 2 fois plus vite que cela, puisque la récompense de bloc des mineurs (les nouveaux bitcoins produits) passera de 6,25 à seulement 3,125 BTC.

Et enfin, 3ème point évoqué par Tom Lee, tous les observateurs/acteurs des marchés financiers s’attendent à ce que la Réserve fédérale américaine (la Fed) et son président Jerome Powell se décident à baisser les taux directeurs de la banque centrale US. Ce qui favoriserait les marchés actions et cryptos.

En plus de ces 3 facteurs, en voilà un 4ème, cadeau. Il faut, en effet, signaler que des géants de la finance classique poussent désormais Bitcoin, comme BlackRock et Fidelity (notamment pour leur ETF BTC au comptant pour ces deux derniers exemples). De même, aux États-Unis, de grandes associations et regroupements de banquiers se mettent à supplier les régulateurs de pouvoir garder (beaucoup) plus de bitcoins.

Vous cherchez à acheter les cryptos au meilleur prix ? Mais vous voulez aussi que ça soit au meilleur moment ? Et bien évidemment seulement les meilleurs projets ? Découvrez la toute nouvelle Thématique GameFi

Lien commercial

L’article Ces 3 facteurs vont pousser Bitcoin à 150 000 dollars selon ce stratège financier est apparu en premier sur Journal du Coin.

Bitcoin « a échoué », c’est la Banque centrale européenne (BCE) qui le dit

https://journalducoin.com/bitcoin/bitcoin-echoue-banque-centrale-europeenne-bce-dit/

La BCE dans un monde parallèle ? Les banquiers centraux critiquent Bitcoin (BTC) mais sont pressés d’exploiter ses technologies pour sortir leur propre MNBC (monnaie numérique de banque centrale). La Banque centrale européenne (BCE) n’a ainsi pas hésité à dépenser 1,3 milliard d’euros des contribuables européens pour son euro numérique. Les banquiers tentent donc, encore une fois, de dénigrer la concurrence (grandissante) du roi des cryptomonnaies.

Bitcoin est un échec sur toute la ligne pour les banquiers de l’UE

Ce qui est fascinant avec la Banque centrale européenne, c’est sa très grande régularité à parler de « l’insignifiant » Bitcoin, dixit son propre terme employé en décembre 2022. Il faut d’ailleurs signaler ici que, depuis que la BCE a parlé du « dernier souffle » (toujours ses propres termes) de Bitcoin, le cours du BTC a juste pris un petit +200% de valeur contre l’euro, en passant de moins de 16 000 à plus de 48 000 euros, entre la « Mort » annoncée de Bitcoin par la BCE et aujourd’hui.

Et ce 22 février 2024, les banquiers centraux de l’Union européenne nous gracie d’un nouveau pamphlet anti-Bitcoin. En guise de mise en bouche, voici déjà l’insultant petit texte introductif de ce dernier rapport de la BCE :

« Bitcoin a échoué sur sa promesse de devenir une monnaie numérique décentralisée à l’échelle mondiale et n’est toujours guère utilisé pour des transferts légitimes [ndlr : totalement FAUX, seulement 0,03% du volume total des échanges serait lié au blanchiment d’actes illicites]. L’approbation récente d’un ETF ne change rien au fait que Bitcoin n’est pas adapté comme moyen de paiement ou comme investissement. »

Banque centrale européenne

Les ETF BTC au comptant ne sauveront pas la cryptomonnaie, selon la BCE

Rassurez-vous, si vous n’êtes pas déjà énervé, le titre de ce rapport des banquiers européens est tout aussi insultant : « L’approbation des ETF Bitcoin – les nouveaux habits de l’empereur nu ». Car oui, les récents fonds négociés en bourse de « l’insignifiante » invention de Satoshi Nakamoto ont dû leur mettre un petit coup de pression. Surtout vu la demande et le succès de ces ETF BTC au comptant, approuvés le 10 janvier dernier aux États-Unis.

« Pour les disciples [de Bitcoin [ndlr : qui est donc une secte pour eux ?]], l’approbation officielle [des ETF au comptant] confirme que les investissements en bitcoins sont sûrs, et le préambule d’un triomphe imparable. Nous ne sommes pas d’accord avec ces deux affirmations et réaffirmons que la juste valeur de Bitcoin est toujours nulle. (…) Les dommages collatéraux seront massifs, y compris les dommages environnementaux (…). »

Banque centrale européenne

Vous l’aurez compris, ce rapport est une synthèse de tous les poncifs, depuis longtemps éculés, sur Bitcoin. À ce niveau de mauvaise foi sidérale, on ne peut que constater que c’est désormais presque de la haine qui anime les propos orduriers des banquiers de la BCE (promis, c’est les derniers qu’on vous infligent) :

« (…) trois raisons structurelles peuvent expliquer la résistance apparente (sic) [de Bitcoin] : la manipulation continue du “prix” sur un marché non réglementé, sans contrôle et sans juste valeur, la demande croissante pour la “monnaie du crime” et les lacunes dans les jugements et les mesures des autorités. »

Banque centrale européenne

C’est bon, n’en jetez plus messieurs les banquiers européens. Quand on parlait de mauvaise foi, ce n’était pas exagéré. Surtout sur les « lacunes des autorités ». À moins que ces membres de la Banque centrale européenne n’est sincèrement jamais entendu parler de la guerre totale contre les cryptos que mène Gary Gensler et sa Securities and Exchange Commission (SEC) aux États-Unis ? On se retrouve dans un an, pour voir si la BCE s’est à nouveau totalement couvert de ridicule (et qui sait, à nouveau +200% sur Bitcoin d’ici là ?).

Vous cherchez à acheter les cryptos au meilleur prix ? Mais vous voulez aussi que ça soit au meilleur moment ? Et bien évidemment seulement les meilleurs projets ? Découvrez la toute nouvelle Thématique GameFi

Lien commercial

L’article Bitcoin « a échoué », c’est la Banque centrale européenne (BCE) qui le dit est apparu en premier sur Journal du Coin.

Les volumes sur l’ETF bitcoin de VanEck (HODL) explosent de 2250 % !

https://journalducoin.com/bitcoin/volumes-etf-bitcoin-vaneck-hodl-explosent-400-millions-dollars/

Explosion d’ETF. Depuis l’approbation des ETF Bitcoin au comptant le 10 janvier 2024, ce sont surtout les géants de la gestion d’actifs que sont BlackRock et Fidelity qui accaparent la plus grosse part de ce gâteau. Mais le fonds négocié en bourse de VanEck vient pourtant de connaître, et de loin, sa meilleure journée de cotation le 20 février 2024.

L’ETF Bitcoin de VanEck réalise 400 millions $ de volume en une journée

Ce mardi 20 février, ce ne sont pas les colosses de la finance BlackRock et Fidelity qui ont brillé dans le secteur des ETF au comptant de Bitcoin (BTC), mais le plus modeste gestionnaire de fonds VanEck. Cela, grâce à son ETF VanEck Bitcoin Trust dont l’indice reprend le célèbre terme « HODL », une stratégie d’investissement consistant à conserver sur le long terme le roi des cryptos.

Car, comme le précise Jan van Eck, le CEO de VanEck, sur le réseau social X, l’ETF HODL a réussi à brasser dans les 400 millions de dollars de volume d’échange sur la seule journée de ce 20 février. Un exploit/une explosion, si l’on considère que sa moyenne quotidienne de volume d’échange était jusqu’avant cela de 17 millions de dollars. Une hausse de près de + 2 250 % par rapport à la moyenne !

Comme le précise le spécialiste des ETF de Bloomberg, également via X, les échanges sur l’ETF HODL de VanEck sont passés de 500 transactions vendredi dernier (le 16 février) à 50 000 transactions ce mardi.

Compte Twitter @JanvanEck3

Une baisse des frais de gestion sur le fonds « HODL » a-t-elle stimulé les échanges ?

Mardi soir, en clôture de cotation, le VanEck Bitcoin Trust détenait un total de près de 200 millions de dollars en bitcoins, après sa folle journée d’échanges. Il reste difficile de savoir précisément ce qui a pu entrainer une telle hausse, si soudaine et puissante, des volumes d’échange de ce fonds Bitcoin.

Comme le fait remarquer notamment The Block, la baisse des frais de l’ETF spot BTC de VanEck a peut-être contribué à ce vif regain d’enthousiasme. En effet, le gestionnaire de fonds a diminué les frais sur son HODL de 0,25 % à 0,20 %.

Le VanEck Bitcoin Trust est ainsi devenu moins coûteux que ses principaux concurrents, puisque le iShares Bitcoin Trust (IBIT) de BlackRock, et le Fidelity Wise Origin Bitcoin (FBTC) de Fidelity sont tous deux à 0,25 % de frais sur leur ETF respectif.

Il semblerait qu’il y ait eu également beaucoup de petites transactions, qui seraient dues à des échanges algorithmiques, selon l’analyste Dave Nadig. Pour l’instant, le mystère reste entier sur cette soudaine hausse.

Il faut dire que les ETF Bitcoin au comptant ont pulvérisé les records de ce type de produits financiers aux États-Unis pour leur premier mois de cotation. Les prochains jours nous diront si ce soudain fort engouement pour le fonds négocié en bourse de VanEck est éphémère ou pérenne.

Vous cherchez à acheter les cryptos au meilleur prix ? Mais vous voulez aussi que ça soit au meilleur moment ? Et bien évidemment seulement les meilleurs projets ? Découvrez la toute nouvelle Thématique GameFi

Lien commercial

L’article Les volumes sur l’ETF bitcoin de VanEck (HODL) explosent de 2250 % ! est apparu en premier sur Journal du Coin.

CoinShares et les créateurs de NapoleonX en procès pour l’ICO de 2018 du NPX

https://journalducoin.com/actualites/coinshares-createurs-napoleonx-plainte-ico-2018-npx/

Un Waterloo crypto. Toutes les offres de jetons numériques, ou Initial Coin Offering (ICO), ne se passent pas aussi bien que l’ICO d’Ethereum (ETH) en 2014, où le prix de l’ether est passé de 0,31 dollar à l’époque de ce lancement, à plus de 3000 dollars aujourd’hui (un joli fois 10 000). Dans le cas de l’ICO de NapoleonX (NPX) en 2018, c’est plutôt la division que la multiplication qui s’est produite. Face à cette situation, certains anciens investisseurs ont décidé d’entamer des poursuites judiciaires contre les fondateurs du projet ainsi que contre CoinShares, l’entité qui a acquis le projet en 2022.

NapoleonX : une des nombreuses ICO qui sont tombées à l’eau

En pleine vague d’engouement pour les Initial Coin Offering, de 2017 à 2018, le projet NapoleonX était plein d’espoir, pour surfer sur cette vague (trop) euphorique. Porté par la jeune startup Napoleon Asset Management (NAM), le token NPX a ainsi réussi à lever 11,4 millions d’euros en janvier 2018. Juste un mois après le précédent plus haut historique (ATH), à près de 20 000 dollars, qu’avait connu Bitcoin (BTC) en décembre 2017. Autant dire que l’enthousiasme était encore grand.

Mais la suite de l’aventure n’a pas été un long fleuve tranquille. En plus du bas de marché qu’ont connu Bitcoin et le secteur crypto fin 2018, le projet NPX a dû endurer le rude hiver crypto de 2022. Et il ne s’en était déjà pas sorti intact. En effet, la crypto-société française Napoleon Asset Management a été rachetée par les britanniques de CoinShares en juillet 2022.

Comme le rapporte Les Echos Investir, le cours du NPX n’est plus aujourd’hui estimé qu’à 0,014 dollar, après avoir connu des fluctuations qui ont au mieux dépassé les 0,50 dollar. De quoi mettre en colère les investisseurs qui ont cru au projet, et qui ont porté plainte.

Plainte déposée en France contre Coinshares et les fondateurs du NPX

Le pire, c’est qu’un agrément avait été obtenu par NapoleonX auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF). Les investisseurs pensent d’ailleurs que c’est surtout cet agrément AMF qui a attiré CoinShares. Ce dernier ayant donc finalisé son rachat le 4 juillet 2022, pour 13,9 millions d’euros. CoinShares précise que (bien que manifestement moribonds) des versements sont toujours effectués aux investisseurs :

« Les détenteurs de NPX (…) perçoivent des frais de gestion associés au protocole chaque trimestre, [via une plateforme] actuellement en ligne, entièrement fonctionnelle et régulièrement mise à jour ».

Réponse de CoinShares

Mais selon Les Echos, les investisseurs s’estiment lésés et « jugent ces revenus dérisoires pour un actif quasiment invendable et un résultat trop éloigné des ambitions d’origine ». La plainte porte ainsi sur des accusations de « pratique commerciale trompeuse, d’abus de confiance et d’escroquerie ».

De quoi couler définitivement le projet NapoleonX qui semblait de toute façon en fin de vie. Ses fonds d’actifs tokenisés étaient sans doute trop avant-gardiste en 2018, et la survenue de deux bear markets (marchés baissiers) dans la crypto après le lancement du NPX auront fini de le mettre à terre. Une bonne occasion de rappeler que les investissements financiers (dans les cryptomonnaies ou tout autre actif) peut entraîner une perte en capital.

Vous cherchez à acheter les cryptos au meilleur prix ? Mais vous voulez aussi que ça soit au meilleur moment ? Et bien évidemment seulement les meilleurs projets ? Découvrez la toute nouvelle Thématique GameFi

Lien commercial

L’article CoinShares et les créateurs de NapoleonX en procès pour l’ICO de 2018 du NPX est apparu en premier sur Journal du Coin.

La taxation des cryptos encore reportée de deux ans en Corée du Sud ?

https://journalducoin.com/economie/coree-sud-taxation-cryptos-encore-reportee-deux-ans-2027/

Pas de taxe jusqu’en 2027 ? La première reconnaissance des cryptomonnaies par les États est souvent leur taxation/imposition. Toutefois, les pays qui sont les plus favorables à l’innovation et au développement économique qu’apporte le secteur de Bitcoin (BTC) ont plutôt tendance à ne pas trop le taxer à mort. C’est le cas de la Corée du Sud, où un nouveau report de l’imposition des crypto-actifs est sérieusement envisagé.

Pas d’impôt sur Bitcoin & Co pour 2 ans de plus en Corée du Sud ?

Tous les politiciens du monde ne veulent pas asphyxier sous une réglementation épaisse les cryptomonnaies, ni les taxer au point de rendre prohibitive leur utilisation. En effet, le People Power Party (PPP), qui est actuellement au pouvoir en Corée du Sud, serait plutôt du genre à bien faire les choses avant d’embêter les utilisateurs et investisseurs du secteur crypto.

Dans une récente publication du média local Herald Corp., nous apprenons deux bonnes nouvelles potentielles pour les chanceux contribuables sud-coréens amateurs de crypto-actifs. Déjà, le PPP souhaite reporter de 2 ans toute taxation sur les actifs numériques.

En effet, contrairement à certains pays, la Corée du Sud ne s’est pas précipitée dès 2021 pour taxer de 30 % les plus-values sur les cryptomonnaies. Il était ainsi prévu que la taxe sur les gains en capitaux générés par Bitcoin et ses semblables n’entrent en vigueur qu’en janvier 2025. Mais le People Power Party souhaite repousser cette taxation de deux années supplémentaires, c’est-à-dire pas avant 2027. En sachant que cette imposition a déjà été repoussée, puisqu’elle devait initialement s’appliquer au 1er janvier 2023.

Aucune taxe pour les gains en capitaux cryptos inférieurs 37 500 dollars ?

Le parti au pouvoir voudrait « donner la priorité à la définition de bases réglementaires pour le secteur local des cryptos avant de taxer les investisseurs ». Sacré contraste avec, par exemple, les États-Unis et Gary Gensler, président de la SEC, qui mène sa guerre anti-crypto en préférant systématiquement les actions coercitives plutôt que toute forme de dialogue constructif.

Et les règles souhaitées par le PPP se veulent, en plus, dans un souci d’équité avec les autres formes d’investissement. En effet, dans les règles de taxation des cryptomonnaies envisagées jusqu’ici, ces derniers actifs se verraient imposés à 22 % au-delà de l’équivalent d’environ 1 875 dollars (2,5 millions de wons coréens) de plus-values réalisées dans l’année fiscale.

Or, les mêmes plus-values issues des actions d’entreprises cotées ne sont, elles, taxées qu’à partir d’environ 37 530 dollars (50 millions de wons coréens). Les représentants du parti politique au pouvoir ont ainsi déclaré qu’ils souhaitaient mettre fin à cette « discrimination fiscale » contre les possesseurs de cryptomonnaies, et aligner leur (future) taxation sur le seuil bien plus avantageux des actions boursières.

Un ensemble de déclarations qui feront certainement rêver plus d’un contribuable français. Il faudra toutefois espérer que ce ne soient pas là que des promesses électorales sans suite, car il faut dire que les prochaines élections législatives en Corée du Sud sont prévues pour ce 15 avril 2024. Une élection au cours de laquelle les 300 membres du parlement sud-coréen seront renouvelés. Au moins, on constate que l’électorat des possesseurs de cryptos y est courtisé !

Vous cherchez à acheter les cryptos au meilleur prix ? Mais vous voulez aussi que ça soit au meilleur moment ? Et bien évidemment seulement les meilleurs projets ? Découvrez la toute nouvelle Thématique GameFi

Lien commercial

L’article La taxation des cryptos encore reportée de deux ans en Corée du Sud ? est apparu en premier sur Journal du Coin.

La Chine alerte sur les scams crypto et metaverse

https://journalducoin.com/actualites/chine-autorites-dalian-previennent-scams-cryptos-metaverse/

Scams à gogo. En plus des investisseurs, le très innovant secteur de Bitcoin (BTC) attire aussi malheureusement des arnaqueurs et des escrocs de tout genre, qui cherchent à exploiter à leur seul profit le fort enthousiasme entourant les cryptomonnaies. Les autorités de la région de Dalian en Chine mettent ainsi en garde contre une multiplication d’escroqueries abusant de l’attrait légitime pour les cryptos.

Les régulateurs chinois tentent de mettre le holà aux scams « cryptos »

C’est sur le site des régulateurs financiers de la China Securities Regulatory Commission (CSRC) que l’alerte aux escroqueries exploitant l’intérêt pour les cryptomonnaies a été lancée ce mardi 20 février 2024.

C’est plus précisément le Bureau de surveillance de Dalian, une province du Nord-Est de la Chine, qui tient à prévenir le public de trop nombreuses tentatives d’arnaques « cryptos » cherchant à lever des fonds dans la plus totale illégalité :

« Ces derniers temps, certains criminels ont exploité les mots-clés « cryptomonnaie » et « Metaverse », et sous la bannière du « partage de richesses et d’opportunités commerciales », pour inciter les investisseurs à télécharger des logiciels, à former des groupes WeChat, et même à organiser des conférences physiques. [Ces escrocs] sont suspectées de collecte de fonds illégale, de fraude et d’autres activités criminelles, portant gravement atteinte à la sécurité des biens des personnes et perturbant l’ordre des activités économiques et financières. »

Extrait du communiqué du Bureau de surveillance de Dalian sur le site de la CSRC

Les autorités de Dalian appellent les crypto-investisseurs à la plus grande vigilance

Les régulateurs chinois rappellent au public que les pertes subies en raison de la participation à une collecte de fonds illégale (qu’elle exploite ou non l’image des cryptos) « sont supportées par les participants à la collecte de fonds eux-mêmes ».

De quoi motiver les investisseurs à ne pas mettre leur argent n’importe où, et surtout pas dans ces levées d’argent de fonds illicites déguisées sous les beaux atours d’une opportunité d’investissement dans les crypto-actifs ou les métavers.

Car bien que la Chine ait tenté de mettre fin à toutes les Initial Coin Offering (ICO) en septembre 2017, des pratiques similaires (et dans l’illégalité totale pour le coup) continuent toujours aujourd’hui, près de 6 ans et demi plus tard.

C’est toujours tout un paradoxe dans le pays de Xi Jinping. En effet, si la Chine continentale a basculé depuis longtemps dans l’interdiction autoritaire (mais très peu efficace dans les faits) de tout ce qui est lié aux cryptomonnaies décentralisées, sa région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong est un véritable laboratoire d’expérimentation des cryptos.

Vous cherchez à acheter les cryptos au meilleur prix ? Mais vous voulez aussi que ça soit au meilleur moment ? Et bien évidemment seulement les meilleurs projets ? Découvrez la toute nouvelle Thématique GameFi

Lien commercial

L’article La Chine alerte sur les scams crypto et metaverse est apparu en premier sur Journal du Coin.

Comme un parfum de bull run sur l’Open Interest des contrats à terme Bitcoin

https://journalducoin.com/bitcoin/comme-parfum-bull-run-open-interest-contrats-futures-terme-bitcoin-btc/

Un intérêt grandissant. Entre l’approbation tant attendue des ETF au comptant de Bitcoin et le processus de halving à venir en avril prochain sur le réseau BTC, de plus en plus d’observateurs de premier plan sont très optimistes pour le marché des cryptomonnaies. Et cet enthousiasme se transcrit aussi du côté des traders. En effet, les acteurs du marché ont été très nombreux à miser sur Bitcoin ces derniers jours. Dans l’espoir d’un mouvement de prix important du roi des crypto-actifs ?

Plus de 24 milliards d’Open Interest sur les contrats futures de Bitcoin

Dans le marché des contrats à terme (futures), l’intérêt ouvert (Open Interest) indique le nombre total de contrats ouverts et activement détenus par les acteurs de marché. Donc plus cet Open Interest est important, et plus cela indique que le marché attire un nombre croissant de participants et/ou de participants fortunés (investisseurs institutionnels).

Et justement, l’intérêt ouvert sur le marché des futures de Bitcoin est en train d’atteindre à nouveau son plus haut historique (ATH). Comme le montre les données de Coinglass, il faut en effet remonter au plus fort du précédent bull run (marché haussier) de Bitcoin, en novembre 2021, pour retrouver une telle ferveur !

Ainsi, le total des positions ouvertes sur le chef de file des cryptos portent sur plus de 460 000 bitcoins, soit l’équivalent de plus de 24,1 milliards de dollars au moment d’écrire ces lignes.

Intérêt ouvert (Open Interest) sur les contrats à terme (futures) de Bitcoin (en vert, en milliards de dollars) – Source : coinglass.com

Binance et le CME : toujours les plus sollicités pour les contrats à terme BTC

Dans le détail de l’intérêt ouvert sur les contrats futures de Bitcoin, c’est la crypto-bouse Binance et la bourse de Chicago du CME (Chicago Mercantile Exchange) qui raflent le plus la mise.

Ainsi, sur les 24 milliards de dollars d’Open Inerest, le CME Group en concentre plus de 6,8 milliards de dollars (130 700 BTC), et la plateforme Binance en attire 5,9 milliards de dollars (près de 113 000 BTC).

Binance et le CME Group dominent le secteur des contrats futures de Bitcoin.
Les 5 places de marché avec le plus d’intérêt ouvert sur les contrats à terme de Bitcoin. – Source : coinglass.com

Ce retour aux précédents records historiques de l’intérêt ouvert sur les futures de Bitcoin est d’autant plus impressionnant que beaucoup de gros investisseurs et acteurs institutionnels, comme Cathie Wood et ses fonds ARK Invest, préfèrent passer des ETF de contrats à terme de Bitcoin à ses nouveaux ETF au comptant validés le 10 janvier dernier.

Vous cherchez à acheter les cryptos au meilleur prix ? Mais vous voulez aussi que ça soit au meilleur moment ? Et bien évidemment seulement les meilleurs projets ? Découvrez la toute nouvelle Thématique GameFi

Lien commercial

L’article Comme un parfum de bull run sur l’Open Interest des contrats à terme Bitcoin est apparu en premier sur Journal du Coin.

Binance préfère abandonner l’effet de levier que se fâcher avec les régulateurs

https://journalducoin.com/exchanges/binance-prefere-abandonner-effet-levier-facher-avec-regulateurs/

La conformité en marche. Après son énorme amende de 4,3 milliards de dollars en novembre 2023, la plateforme d’échange de cryptomonnaies Binance est devenue beaucoup plus soucieuse d’anticiper les attentes des régulateurs. L’exchange n’a d’ailleurs récemment pas hésité à sacrifier Monero (XMR), une cryptomonnaie avec une protection de la vie privée renforcée, pour faire plaisir aux organismes de surveillance financière. Cette fois, ce sont les effets de levier qui y passent.

S’en est bientôt fini de l’effet de levier sur Binance ?

L’effet de levier permet de démultiplier les gains lors d’une prise de position à la hausse ou à la baisse, mais il entraîne également une démultiplication de la perte (et donc une augmentation du risque de liquidation automatique) si les cours du marché ne vont pas dans le bon sens.

Dans une annonce publiée ce lundi 19 février 2024, Binance annonce la fin de trading de plusieurs tokens avec effet de levier, appelés Binance Leveraged Tokens. Ainsi, dès le mercredi 28 février prochain, les différents tokens listés dans le tableau ci-dessous ne seront plus disponibles pour les utilisateurs. Ils portaient sur des paris à la hausse (« UP ») ou à la baisse (« DOWN ») sur les cours de Bitcoin (BTC), Ethereum (ETH) et le BNB.

Ces tokens avec effet de levier seront même complètement délisté de la plateforme d’échange le 3 avril 2024. Si ces Binance Leveraged Tokens ne sont pas convertis par les utilisateurs eux-mêmes, ils seront automatiquement convertis en USDT (le stablecoin du dollar de Tether).

Binance déliste ses tokens avec effet de levier. – Source : binance.com

Bien sûr, la plateforme Binance reste un incontournable dans le secteur des cryptos. Mais l’amende record que les autorités US lui ont infligé, en plus du départ forcé de son CEO Changpeng Zhao, ont marqué le groupe au fer rouge. L’exchange montre désormais patte blanche pour éviter tout nouvel impair avec les régulateurs financiers.

L’article Binance préfère abandonner l’effet de levier que se fâcher avec les régulateurs est apparu en premier sur Journal du Coin.

Bitcoin est la plus grande « avancée monétaire » depuis des siècles d’après Edward Snowden 

https://journalducoin.com/bitcoin/edward-snowden-bitcoin-btc-plus-grande-avancee-monetaire-siecles/

Bitcoin, une Révolution. Le lanceur d’alerte Edward Snowden s’est fait connaître en 2013 en sacrifiant l’existence qu’il menait pour dénoncer les écoutes de masse de la NSA (National Security Agency) contre les citoyens américains. Edward Snowden a depuis régulièrement pris position en faveur de Bitcoin (BTC) et des cryptomonnaies décentralisées, car la philosophie de résistance à la censure et d’indépendance vis-à-vis des États portée par les Cypherpunks est à l’exacte opposée (et protège) des actes criminels de la NSA.

Bitcoin : une avancée majeure de l’Humanité pour Edward Snowden 

Le héros Edward Snowden, qui a donc compromis sa vie pour dénoncer la surveillance massive des États-Unis sur ses propres citoyens, a également une très bonne connaissance du secteur des cryptomonnaies. Il a même d’ailleurs aidé à fonder la cryptomonnaie à protection renforcée de la vie privée appelée Zcash (ZEC).

Dans son rôle de lanceur d’alerte, Edward Snowden a aussi prévenu des risques pour la Liberté que représentent les monnaies numériques de banques centrales (MNBC). Il explique ainsi que, de son point de vue, ces MNBC sont « conçues pour refuser la propriété fondamentale de leur argent à leurs utilisateurs ».

Rien d’étonnant par contre, qu’à l’inverse, l’ex-agent de la CIA et de la NSA plébiscite Bitcoin, et reconnaisse la crypto comme un pas de géant dans l’Histoire de la monnaie.

« Impopulaire mais vrai : Bitcoin est l’avancée monétaire la plus importante depuis la création du monnayage.
Si vous ne me croyez pas ou ne comprenez pas, je n’ai pas le temps d’essayer de vous convaincre, désolé. »

Edward Snowden reconnait l’incroyable avancée qu’est Bitcoin.
Compte d’Edward Snowden sur le réseau X (@Snowden)

Et ses convictions vont de pair avec ses actes. Car même durant la plus rude période du dernier hiver crypto, fin 2022, Edward Snowden se sentait prêt à « racheter à nouveau » des bitcoins (alors que les cours du BTC étaient au plus bas).

Vous avez la passion des cryptos, et vous aimeriez faire grandir votre patrimoine immobilier ? La tokenisation peut vous permettre de générer un rendement régulier basé sur des biens immobiliers réels sans les inconvénients d’une rente locative

Lien commercial

L’article Bitcoin est la plus grande « avancée monétaire » depuis des siècles d’après Edward Snowden  est apparu en premier sur Journal du Coin.

RealT : profitez de la puissance de la DeFi avec vos tokens immobiliers (hypothèque/prêt, revente…)

https://journalducoin.com/defi/realt-tokens-immobiliers-hypotheque-pret-revente-defi/

L’immobilier décentralisé, c’est possible ! La semaine dernière, nous vous avons présenté la société RealT et son offre de tokenisation de biens immobiliers. À cette occasion, nous avons vu en détail comment acheter votre premier token immobilier. Aujourd’hui, nous étudierons comment aller plus loin, en profitant de la puissance et des avantages des réseaux blockchains. Ceci afin d’effectuer des opérations de finance décentralisée (DeFi) avec vos tokens de propriétés immobilières.

Le Journal du Coin vous propose cet article promotionnel en collaboration avec RealT.

RMM : gardez votre rente immobilière tout en obtenant un prêt avec vos tokens RealT

Nous allons d’abord découvrir ensemble le RMM (RealT Money Market). Un outil qui vous permettra d’emprunter des stablecoins du dollar américain en mettant en garantie vos tokens immobiliers. Vous pourrez aussi l’utiliser pour prêter des stablecoins contre un joli taux d’intérêt.

Vous avez vos tokens RealT dans votre wallet Gnosis et ils vous ramènent déjà une belle rente immobilière chaque lundi. Mais vous pouvez les exploiter encore davantage si vous souhaitez emprunter. En effet, grâce au RealT Money Market, ou RMM, vous pouvez obtenir un prêt hypothécaire en mettant en garantie vos tokens immobiliers.

De plus, ce 8 février 2024, après de longs mois de travail, les équipes de RealT ont annoncé le lancement de la V3 (version 3) du RMM. Vous pouvez ainsi emprunter désormais soit en xDAI, soit en USDC. Il s’agit des stablecoins de la blockchain Gnosis indexés sur le dollar américain.

Résumé de l’interface pour emprunter grâce à vos tokens immobiliers

Pour vous rendre sur le RMM depuis le site officiel de RealT (realt.co), il vous faudra cliquer sur « Collateralize Tokens ». Sinon, l’adresse directe est « rmm.realtoken.network ». La première étape est de connecter votre wallet, pour pouvoir commencer à interagir.

Dans l’exemple ci-dessous, en bas à gauche de l’interface, on peut voir les tokens immobiliers disponibles pour être mis en garantie. On y trouve aussi le nombre de token par bien. Il vous suffit alors de cliquer sur « Supply » afin d’approuver le smart contract. Cela permettra de mettre d’abord en garantie le nombre de tokens que vous désirez déposer. En second lieu, cela validera ce dépôt, soit 2 transactions via la blockchain.

Ensuite, la somme disponible à emprunter sera visible à droite de l’interface, dans la section « Asset to borrow » (actifs à emprunter). En cliquant sur le bouton « Borrow », vous pourrez emprunter cette somme soit en xDAI soit en USDC (ou un mix des deux, à votre convenance !), qui seront directement versés sur votre wallet.

L’interface du RMM de RealT (récemment passé en V3) vous permet d’obtenir des prêts hypothécaires avec vos tokens immobiliers. Source : rmm.realtoken.network

Les petits plus qui font plaisir, merci la DeFi !

Dans le cas d’un emprunt vous continuerez à toucher votre rente immobilière sur les tokens mis en garantie. Mais si vous n’avez pas besoin d’emprunter, vous pouvez tout à fait prêter aussi vos stablecoins USDC ou xDAI contre des rendements. Ci-dessous, à titre purement indicatif, et au moment d’écrire ces lignes, les taux d’intérêt rémunérateurs affichés étaient de 6,71% sur les prêts de xDAI, et de 8,59% sur les USDC (mais ils changent en fonction de la demande des emprunteurs).

Gagner des taux d’intérêt sur vos stablecoins si vous n’avez pas besoin d’emprunter.
Pas besoin de prêt ? Des stablecoins qui dorment ? Prêtez vos xDAI et USDC contre des rendements – Source

YAM : achetez et vendez vos tokens immobiliers de façon décentralisée

Nous allons étudier désormais comment acheter et revendre vos tokens de façon décentralisée. Nul besoin de passer par RealT, grâce au marché secondaire appelé YAM (You And Me). Veuillez noter avant cela que vous pouvez tout à fait revendre vos tokens immobiliers à RealT, via l’onglet « Sell Tokens » de leur site. Mais comme nous sommes ici pour parler de finance décentralisée, continuons !

Pour vous rendre sur le YAM depuis le site officiel de RealT, cliquez sur l’onglet « DeFi », puis sur « YAM ». Sinon, l’adresse directe est « yam.realtoken.network ». Comme pour le RMM (et comme pour toute interaction avec des smart contracts de réseaux blockchains) il faudra commencer par connecter votre wallet pour utiliser ce marché secondaire décentralisé.

Résumé de l’interface du marché secondaire YAM pour les tokens RealT

Si vous n’avez pas encore de token du bien immobilier que vous désirez vendre ou acheter, il faudra demander à être mis en liste blanche. En effet, de par leur statut de security token, il faut que leur(s) propriétaire(s) (passé, actuel ou futur) soit identifié. Exactement comme pour la passation de n’importe quel bien immobilier par la voie traditionnelle (mais ici, pas besoin de notaires, le registre distribué de la blockchain fait foi !).

Vous pouvez d’ailleurs cocher une petite case de filtre (en haut à gauche). Vous ne verrez alors que les propriétés immobilières pour lesquelles vous avez été identifié en liste blanche. Sinon, celles pour lesquelles vous êtres en liste blanche auront un petit logo de caddie vert (cliquable). Les autres auront un logo de caddie grisé (sans interaction possible).

Titre

Après, tout ce passe comme pour une place de marché classique. Dans l’exemple ci-dessous, nous cherchons à vendre un token, et nous sommes donc sur l’onglet des offres « d’Achat » de tokens. Dans la colonne « En vente » nous avons le type de stablecoin qui est proposé par le vendeur, et dans la colonne « Jeton d’achat », le token rechercher par ce même vendeur et que nous désirons vendre.

À titre indicatif, vous avez le prix officiel par token de RealT (« Official price ») en plus du prix de la transaction proposée (« Prix/Jeton »). Histoire d’éviter les trop mauvaises affaires (et de trouver les bonnes !). Et bien sûr, si aucune offre ne vous convient, vous pouvez ajouter votre propre offre au YAM (aussi bien à la vente qu’à l’achat). Notez que vous pouvez également échanger directement des tokens RealT, sans passer par des stablecoins. Rendez-vous alors sur l’onglet « Exchange ».

Le marché secondaire YAM des tokens RealT.
L’interface du YAM vous permet d’acheter et vendre vos tokens immobiliers RealT via un marché secondaire décentralisé, directement de gré à gré.

Conclusions

La société de tokenisation immobilière RealT fêtait tout récemment ses 5 ans depuis sa fondation, le 14 février 2019, et elle continue toujours aujourd’hui à innover. La récente sortie de la V3 du RMM facilite ainsi toujours plus la vie des possesseurs de tokens immobiliers RealT. Quant au marché secondaire offert par l’outil YAM, il permet d’assurer une liquidité permanente – et décentralisée ! – aux tokens immobiliers. Prochaine étape pour RealT : ouvrir son capital à sa communauté de propriétaires d’immobilier tokenisé, et à toux ceux qui voudront la rejoindre.

L’article RealT : profitez de la puissance de la DeFi avec vos tokens immobiliers (hypothèque/prêt, revente…) est apparu en premier sur Journal du Coin.

Le blanchiment d’argent en crypto s’est effondré de 30 % en 2023 (Chainalysis)

https://journalducoin.com/actualites/blanchiment-argent-crypto-effondre-2023-chainalysis/

La goutte d’eau crypto dans l’océan dollar. Les ennemis de Bitcoin (BTC) et du secteur des cryptomonnaies radotent souvent le poncif de leur utilisation pour le blanchiment d’argent, pour tenter de mettre des chaînes réglementaires épaisses à ce jeune secteur innovant. Cela, alors que des rapports – y compris d’officines américaines – concluent que c’est de très loin le dollar US et les monnaies fiduciaires qui servent principalement au blanchiment d’argent. Le dernier rapport de Chainalysis montre, qu’en plus, ce mauvais usage des cryptos est en nette baisse.

Le blanchiment d’argent dans la crypto, un phénomène plus que mineur : infime

Le spécialiste de la surveillance des transactions blockchains, Chainalysis, vient de publier un nouveau rapport sur les blanchiments d’argent réalisés en exploitant les cryptomonnaies. Et le premier constat est que cette utilisation malveillante a baissé de plus de 29,5 % en 2023, par rapport à l’année précédente.

Les adresses illicites avaient ainsi fait transiter l’équivalent de 31,5 milliards de dollars en 2022, et désormais plus que 22,2 milliards de dollars en 2023. Pour donner une idée de la goutte d’eau que cela représente par rapport transactions légitimes, il faut savoir que le volume total d’échange annuel des cryptomonnaies est de l’ordre 76 660 milliards de dollars en 2023…

Le blanchiment d’argent, dont les détracteurs de Bitcoin nous rebattent les oreilles à longueur de temps, ne représente donc que… roulement de tambour… moins de 0,029 % de l’ensemble des volumes d’échange.

Volume total d’échange annuel du marché des cryptomonnaies (y compris les quelques milliards de blanchiment d’argent) – Source : coincodex.com/trading-volume/

Les blanchisseurs d’argent s’adaptent aux restrictions réglementaires

Les réglementations sur les cryptomonnaies restreignent les possibilités et libertés des acteurs légitimes, tout en menaçant également l’innovation à cause d’une lourdeur de conformité qui ne laisse la place qu’aux plus riches et grands acteurs du secteur.

Mais les acteurs malveillants ayant besoin de blanchir de l’argent, eux, semblent toujours trouver un moyen de contourner ces restrictions, qui n’affectent au final que les usagers lambdas et honnêtes des réseaux blockchains. Le rapport de Chainalysis explique en effet que les hackers professionnels du groupe Lazarus ont trouvé la parade pour continuer à blanchir leurs vols de cryptos.

« (…) Les crypto-criminels dotés de compétences plus sophistiquées en matière de blanchiment (…) ont tendance à utiliser une plus grande variété de services et de protocoles cryptos. (…) Les changements de stratégie de blanchiment d’argent auxquels nous avons assisté de la part de crypto-criminels, comme le Lazarus Group, constituent un rappel important que les acteurs illicites les plus sophistiqués adaptent continuellement leur stratégie de blanchiment (…). »

Extrait du rapport de Chainalysis

Et il n’y a pas que pour le blanchiment d’argent que le rôle des cryptomonnaies est incroyablement exagéré. Les ennemis du secteur font la même exagération avec le financement du terrorisme. Ils arrivent à mettre sous une grosse loupe tapageuse et sensationnaliste un simple épiphénomène, que même les autorités étasuniennes reconnaissent comme « limité » et « faible ».

Vous avez la passion des cryptos, et vous aimeriez faire grandir votre patrimoine immobilier ? La tokenisation peut vous permettre de générer un rendement régulier basé sur des biens immobiliers réels sans les inconvénients d’une rente locative

Lien commercial

L’article Le blanchiment d’argent en crypto s’est effondré de 30 % en 2023 (Chainalysis) est apparu en premier sur Journal du Coin.

Procès contre Craig Wright : florilège des âneries du célèbre Faketoshi

https://journalducoin.com/bitcoin/proces-copa-contre-craig-wright-florilege-aneries-celebre-faketoshi/

CSW, le clown pas drôle. Depuis la première fois qu’il a prétendu être Satoshi Nakamoto en 2016, Craig S. Wright (CSW) n’a toujours apporté aucune preuve. Par contre, sa liste de documents falsifiés est longue comme le bras. Dans son dernier procès qui l’oppose à la COPA (Crypto Open Patent Alliance), depuis le 5 février dernier, Craig Wright a déjà eu l’occasion de montrer toute sa mauvaise foi, ainsi que sa capacité à mentir comme un arracheur de dents.

Nouveaux éléments apportés par Craig Wright : encore une vaste blague

Avant même le début du procès, la justice britannique a demandé à la défense de préparer et d’amener des preuves tangibles sur l’auto-proclamation de Craig Wright à être le créateur de Bitcoin (BTC) : Satoshi Nakamoto.

Et… Comment dire… Le pauvre juge James Mellor, qui instruit ce procès, a rapidement dû déchanter en découvrant la personnalité du plus tristement célèbre des Faketoshi. Ainsi, comme le rapporte le crypto-média CoinDesk dans une sorte de « best of » résumant les pires âneries de notre faux Satoshi :

« Le jour de l’ouverture du procès, le juge Mellor a reconnu les allégations de falsification de documents et a déclaré à M. Wright qu’il “devrait s’estimer extrêmement chanceux” de pouvoir plaider sa cause, compte tenu des circonstances. (…) Lorsque le juge Mellor lui a demandé mercredi de produire ne serait-ce qu’un seul document relatif aux premiers jours de Bitcoin qui ne présente pas de signes de falsification, M. Wright a répondu que ces documents ne seraient pas disponibles. [ndlr : ils avaient piscine ?] »

Source : CoinDesk

Faketoshi, bardé de « diplômes » mais incapable d’une simple opération informatique

Quand il n’est pas dans son rôle favori de harceleur judiciaire, mais sur la défensive, Craig Wright est soudainement beaucoup plus silencieux. Même s’il ne peut s’empêcher ses sempiternels accès de colère.

Celui qui se prétend être le génial cryptographe et informaticien codeur de Bitcoin s’est encore fait rabattre le caquet par l’avocat de la COPA Alexander Gunning KC. Ce dernier a posé à CSW une question extrêmement simple pour un vrai développeur informatique. Mais notre Faketoshi a été incapable de répondre.

Ainsi, les « entiers non signés » (Unsigned Integer) ont achevé toute crédibilité de programmeur à Craig Wright, car il n’a pas su les expliquer alors « qu’un étudiant en informatique de premier semestre devrait être en mesure de l’expliquer. ». Surtout que Michael Parenti précise sur le réseau X que « la fonction des entiers non signés était utilisée plus de 500 fois dans le code source original de Bitcoin »… Juste 500 fois !

« (…) Wright a échoué à plusieurs reprises à expliquer les aspects fondamentaux des techniques cryptographiques au cœur de l’invention de Satoshi. Il n’a même pas pu expliquer ce que signifiait une variable C++ “non signée”, un concept informatique que tout vrai programmeur apprendrait dès le premier jour. »

Craig Wright encore une fois dévoilé comme un imposteur par la COPA.
Compte X @opencryptoorg

Ce cirque juridique pourrait encore durer jusqu’à la mi-mars. Si Craig Wright enchaînait déjà les défaites judiciaires, il faut espérer que ce dernier procès mené par la COPA mette enfin à l’abri les vrais développeurs de Bitcoin contre les harcèlements procéduriers de ce triste sire.

Vous avez la passion des cryptos, et vous aimeriez faire grandir votre patrimoine immobilier ? La tokenisation peut vous permettre de générer un rendement régulier basé sur des biens immobiliers réels sans les inconvénients d’une rente locative

Lien commercial

L’article Procès contre Craig Wright : florilège des âneries du célèbre Faketoshi est apparu en premier sur Journal du Coin.

Bitcoin : les banquiers US supplient la SEC de pouvoir héberger les ETF BTC

https://journalducoin.com/bitcoin/bitcoin-banquiers-us-supplient-sec-gensler-pouvoir-garder-etf-btc/

Quand les banques mendient pour Bitcoin. Si certains banquiers rétrogrades, comme le patron de JP Morgan, en sont encore à insulter Bitcoin (tout en exploitant ses technologies), de plus en plus de banques montrent désormais leur puissante envie de flirter avec le roi des crypto-actifs. De grandes associations bancaires aux États-Unis implorent ainsi la Securities and Exchange Commission (SEC) de bien vouloir laisser les banques profiter de la manne juteuse des ETF Bitcoin au comptant.

Tous ces banquiers veulent ardemment accueillir Bitcoin !

Quel changement d’attitude spectaculaire en quelques années de la part des banquiers. Même si certains banquiers-dinosaures n’ont toujours pas compris l’énorme potentiel de Bitcoin et des cryptomonnaies, de nombreux autres sont devenus plus qu’intéressés, et veulent leur part du délicieux gâteau.

C’est une véritable pléthore d’entre eux qui vient d’envoyer une lettre (de supplique) à Gary Gensler, le très anti-crypto président de la Securities and Exchange Commission. Ce sont en effet pas moins de 4 associations et regroupements de banquiers et financiers étasuniens qui sont concernés ici :

  • le Bank Policy Institute (BPI) ;
  • l’American Bankers Association (ABA) ;
  • le Financial Services Forum ;
  • et la Securities Industry and Financial Markets Association (SIFMA).

Tous demandent ardemment une seule chose à la SEC : que leurs banques puissent assurer la garde des bitcoins des 11 ETF au comptant approuvés le 10 janvier dernier ! Sachant qu’à peine ces fameux ETF spot BTC validés (certainement à contre-cœur) par Gary Gensler, ce dernier annonçait continuer sa guerre contre le secteur crypto. La tâche s’annonce donc rude pour les banques de convaincre le dirigeant de la SEC.

Gary Gensler et la SEC face à la pression des banquiers

Cela n’empêche toutefois pas les banquiers de lui dénoncer ce qu’ils considèrent donc comme une injustice : ne pas pouvoir être dépositaire des précieux et désirables bitcoins des fonds négociés en bourse, fraîchement cotés il y a un mois.

Les banquiers supplient donc la SEC de reconsidérer le Staff Accounting Bulletin 121 (SAB 121), car cette règlementation les bloque pour garder de grandes quantités de bitcoins (et autres cryptomonnaies).

« La Commission [des valeurs mobilières] a récemment approuvé 11 ETP au comptant de Bitcoin, permettant aux investisseurs d’accéder à cette classe d’actifs par le biais d’un produit réglementé. Cependant, les organisations bancaires qui servent de dépositaire d’actifs, un rôle qu’elles jouent régulièrement pour la plupart des autres ETP, sont notablement absentes de ces produits approuvés. Ces ETP ont déjà enregistré des milliards de dollars de flux entrants, mais il est pratiquement impossible pour les banques de servir de dépositaire pour ces ETP à grande échelle (…). »

De grands requins blancs de la finance comme les gestionnaires d’actifs BlackRock et Fidelity ont repéré la bonne affaire des ETF Bitcoin. Les banques, autrefois critiques (voire calomnieuses) envers Bitcoin, veulent désormais elles aussi profiter de la cryptomonnaie, en prétextant les « produits réglementés » désormais approuvé par la SEC. Ne serait-ce pas surtout les plus de 4 milliards de dollars de dépôts nets en BTC (en à peine un mois de cotation) qui font envie à tous ces banquiers ?

L’article Bitcoin : les banquiers US supplient la SEC de pouvoir héberger les ETF BTC est apparu en premier sur Journal du Coin.

Coinbase (COIN) est en pleine ascension, bien aidé par Bitcoin

https://journalducoin.com/exchanges/coinbase-action-coin-pleine-ascension-aide-bitcoin/

Bitcoin la locomotive. Cela ne vous aura pas échappé, les cours de Bitcoin, et du marché des cryptos en général, sont en nette hausse ces dernières semaines. Une tendance bullish qui arrange bien les affaires de Coinbase, qui voit le cours de ses actions COIN accompagner cette hausse.

L’action COIN atteint les 170 dollars, Coinbase a le vent en poupe

Les actions COIN de la plateforme d’échange de cryptomonnaies Coinbase auront connu des hauts et des bas depuis leur cotation sur la bourse du Nasdaq, le 14 avril 2021. Près de 3 ans plus tard, la tendance est en tout cas clairement à la hausse.

Sur une semaine glissante, l’action de la crypto-bourse est ainsi passée de 130 à 170 dollars, soit une belle augmentation de plus de 30 % en seulement 7 jours. Une tendance haussière digne d’une cryptomonnaie !

L’action COIN s’est clairement bien remise du rude hiver crypto de 2022, durant lequel son cours est parfois passé sous les 35 dollars. Mais les parts de Coinbase ont toutefois encore un peu de chemin à faire pour retrouver leur plus haut de 2021. En effet, durant le précédent bull run de Bitcoin et des cryptos, le COIN avait réussi à monter jusqu’aux 350 dollars.

Coinbase peut compter sur Bitcoin pour faire grimper son action COIN.
Cours de l’action COIN de Coinbase (en dollars US) – Source : investing.com

La crypto-bourse de Brian Armstrong continue en parallèle de renforcer ses partenariats. Ainsi, tout récemment, nous apprenions une association entre Coinbase et Ledger. Ainsi, désormais, le service Coinbase Pay est directement intégré au logiciel Ledger Live du fabricant français de hardware wallets.

Vous avez la passion des cryptos, et vous aimeriez faire grandir votre patrimoine immobilier ? La tokenisation peut vous permettre de générer un rendement régulier basé sur des biens immobiliers réels sans les inconvénients d’une rente locative

Lien commercial

L’article Coinbase (COIN) est en pleine ascension, bien aidé par Bitcoin est apparu en premier sur Journal du Coin.

Les ETF Bitcoin se remplissent pendant que les ETF sur l’or se vident !

https://journalducoin.com/bitcoin/etf-bitcoin-btc-remplissent-pendant-etf-or-gold-vident/

Bitcoin, plus doré que l’or ? De plus en plus d’observateurs financiers considèrent que Bitcoin (BTC) joue un rôle de réserve de valeur, à la manière d’un or numérique. Certains, comme Cathie Wood d’ARK Invest, considère même que le marché de Bitcoin pourrait « se subsister » au marché de l’or. En tous les cas, actuellement, les rentrées se font sur les ETF BTC, alors qu’une hémorragie de sorties se produit sur les ETF du métal précieux.

Sale temps pour les ETF de l’or avec -2,4 milliards de dollars

Si le cours de l’or se maintient tant bien que mal autour des 2000 dollars l’once (environ 31,1g), les fonds négociés en bourse (ETF) portant sur le métal précieux ont beaucoup souffert, tout particulièrement ces derniers mois.

Comme le rapporte l’analyste et spécialiste des ETF de Bloomberg Eric Balchunas sur le réseau X, les 14 principaux ETF sur l’or ont vu un flux net sortant de près de 2,4 milliards de dollars sur un an glissant. L’hémorragie est d’ailleurs particulièrement violente pour les fonds proposés par iShares.

Flux nets pour les différents ETF de l’or – Compte X @EricBalchunas

Les entrées nettes sur les ETF spot de Bitcoin dépassent les 4 milliards de dollars

Comme le fait remarquer le site Zero Hedge, le flux net sur les 11 ETF Bitcoin au comptant, approuvés le 10 janvier dernier, continue de son côté de croître. Au moment d’écrire ces lignes, les entrées nettes (donc déduites des sorties) se montent à plus de 4 milliards de dollars en bitcoins accumulés dans ces nouveaux fonds négociés en bourse.

Et comme on peut le voir sur le graphique ci-dessous, montrant les flux nets pour les ETF Bitcoin (en bleu) et pour les ETF de l’or (en jaune), il semble y avoir une anti-corrélation entre les deux réserves de valeur, en faveur de la plus jeune.

Les ETF de l'or tombent pendant que les ETF Bitcoin explosent à la hausse.
Flux nets pour les ETF de Bitcoin et de l’or (en millions de dollars) – Source : zerohedge.com

Même des géants de la finance classique, comme Larry Fink (le dirigeant de BlackRock), n’hésitent plus à oser la comparaison entre l’or et Bitcoin, aussi bien comme protection contre l’inflation (càd la dépréciation des monnaies fiduciaires) que contre d’autres risques économiques. Si la bonne santé des ETF BTC n’est probablement pas la seule raison de cette perte de vitesse des ETF de l’or, ces nouveaux fonds du roi des cryptos ne doivent pas arranger les choses pour le métal doré.

Vous avez la passion des cryptos, et vous aimeriez faire grandir votre patrimoine immobilier ? La tokenisation peut vous permettre de générer un rendement régulier basé sur des biens immobiliers réels sans les inconvénients d’une rente locative

Lien commercial

L’article Les ETF Bitcoin se remplissent pendant que les ETF sur l’or se vident ! est apparu en premier sur Journal du Coin.

À l’approche du halving de Bitcoin, l’indice « Fear and Greed » est au vert (à l’avidité donc !)

https://journalducoin.com/trading/approche-halving-bitcoin-crypto-fear-and-greed-index-vert-avidite/

Un enthousiasme débordant. Après une année 2023 de transition suite au rude hiver crypto de 2022, les observateurs et acteurs du marché des cryptomonnaies sont majoritairement tournés vers un nouveau mouvement haussier d’ampleur pour 2024. Entre l’approbation des ETF Bitcoin au comptant le mois dernier, et le halving (qui divise par deux les bitcoins minés) dans deux mois, tous semble s’annoncer bullish. Une tendance à l’avidité qui se traduit sur le fameux indicateur « Crypto Fear & Greed Index ».

Bitcoin et les cryptos ne font plus peur : l’euphorie est de retour

Que ce soient des acteurs de la finance classique ou de la cryptosphère, beaucoup présentent des raisons d’être optimistes pour les cours de Bitcoin et ses semblables en 2024. Ce sont là des indicateurs fondamentaux, qui se basent sur des bonnes nouvelles comme l’approbation des ETF Bitcoin (facilitant l’investissement des institutionnels) ou le processus de halving qui divise par deux la récompense aux mineurs (ce qui augmentera d’autant la rareté des BTC).

Mais il y a aussi les indicateurs techniques qui se basent sur le comportement des traders. Et c’est donc justement d’un de ces indicateurs là dont il est question ici : le Crypto Fear & Greed Index (ou littéralement en français : l’indice de peur et de cupidité sur les cryptomonnaies).

Fourni par le site Alternative.me, cet indice est actuellement en train de monter en flèche. Allant de 0 (extrême peur) à 100 (extrême euphorie), le Fear & Greed Index a grimpé jusqu’au score de 79 ce mardi 13 février 2024 (et de 74 ce 14 février). L’indicateur oscille donc entre l’avidité et l’extrême avidité des acteurs du marché des crypto-actifs.

Le « Crypto Fear & Greed Index » est dans le vert – Source : alternative.me

Le Crypto Fear & Greed Index se rapproche des sommets connus en bull run

Si l’on regarde l’historique de cet indice de voracité des investisseurs et traders, on remarque que les pics de cours de Bitcoin ont souvent été précédés de scores élevés sur le Fear & Greed Index.

Ainsi, dans les deux premiers mois de 2021, son score a souvent dépassé les 90. Et les deux mois suivants (mars et avril 2021), les prix du BTC connaissait des sommets jamais atteints. De même pour les pics de novembre 2021, qui avaient été précédés de score autour des 84 sur notre indice le mois d’avant.

Une forte avidité précède régulièrement des plus hauts historiques (ATH) sur le cours de Bitcoin.
Historique des scores du « Crypto Fear & Greed Index » – Source : alternative.me

Dans notre cas présent, c’est le fait que Bitcoin ait dépassé le chiffre symbolique des 50 000 dollars, qui semble avoir mis le feu aux poudres, et déclenché cette gloutonnerie acheteuse sur le marché des cryptos. Une petite correction temporaire des cours pointerait-elle le bout de son nez, ou est-ce que la cupidité continuera-t-elle de dominer ?

Vous avez la passion des cryptos, et vous aimeriez faire grandir votre patrimoine immobilier ? La tokenisation peut vous permettre de générer un rendement régulier basé sur des biens immobiliers réels sans les inconvénients d’une rente locative

Lien commercial

L’article À l’approche du halving de Bitcoin, l’indice « Fear and Greed » est au vert (à l’avidité donc !) est apparu en premier sur Journal du Coin.

Le colérique Craig Wright « déteste » qu’on dise qu’il n’est PAS Satoshi Nakamoto

https://journalducoin.com/bitcoin/proces-craig-wright-colerique-faketoshi-hait-conteste-satoshi-nakamoto/

Un cirque juridique. Depuis le 5 février 2024 s’est ouvert le procès de la COPA (Crypto Open Patent Alliance) contre l’usurpateur Craig Wright , qui prétend sans preuve être Satoshi Nakamoto. Cette mauvaise blague qui dure malheureusement depuis 2016 connaîtra-t-elle enfin un terme avec la résolution de ce procès ? En tout cas, ce triste Faketoshi continue de se couvrir de ridicule.

Pas besoin de clé privée, le « savoir » suffit pour prouver qu’on est Satoshi Nakamoto

C’est un numéro comique pas du tout drôle que nous inflige Craig S. Wright (CSW) dans son procès avec les défenseurs de l’écosystème Bitcoin (BTC), regroupé sous la bannière de la COPA. Contesté et interrogé par les experts de la Crypto Open Patent Alliance sur un des éléments qu’il a présenté comme « preuve » d’être Satoshi Nakamoto, notre Faketoshi a répondu :

« Je déteste cela. Je hais ça. (…) On ne prouve pas son identité par la possession de quelque chose [ici, des clés privées cryptographiques]. On prouve par le savoir. Qui vous êtes. Ce que vous créez. »

Craig Wright

D’après le média CoinDesk qui rapporte l’affaire, le juge James Mellor semble commencer lui aussi à être exaspéré par le comportement de notre Faketoshi. L’homme de justice est en effet « intervenu à plusieurs reprises pour avertir Craig Wright que s’il ne répondait pas à une question, le juge allait supposer qu’il n’avait pas de réponse ».

La fausse preuve de Craig Wright de 2016 au cœur des débats

Quand Craig Wright à prétendu pour la première fois être Satoshi Nakamoto en 2016, il a présenté une fausse preuve aux journalistes : une signature cryptographique qui s’est avérée être un canular qui ne prouvait absolument rien.

Son fidèle soutien de toujours, Calvin Ayre, s’était à l’époque montré soucieux de cette histoire, et CSW lui avait répondu par e-mail. Sauf que le message électronique en question, qui jusqu’ici avait toujours été présenté comme vrai par notre Faketoshi est, soudainement, devenu « un faux » d’après ce même individu. La falsification n’est seulement que suivant comme ça l’arrange manifestement.

« (…) Le tribunal a pris connaissance d’un e-mail envoyé par [Craig Wright] en 2016, en réponse à Calvin Ayre, qui s’inquiétait de l’article de blog de 2016. CSW a déclaré dans ce courriel qu’il avait utilisé la mauvaise clé [privée cryptographique] dans l’article de blog [ndlr : comme c’est ballot !].
CSW a déclaré aujourd’hui au tribunal qu’il n’avait jamais envoyé cet e-mail, et qu’il s’agissait d’un faux e-mail. Cependant, cet e-mail a été divulgué au tribunal par CSW lui-même (!) et il n’a jamais été mentionné comme faux jusqu’à aujourd’hui au tribunal. »

Craig Wright arrive à mentir sur ses mensonges, chapeau l’artiste !
Compte Twitter @BitMEXResearch

Tout cela ferait sourire, si cette catastrophe ambulante qu’est Craig Wright ne menaçait pas la planète entière de poursuites juridiques pour sa prétendue œuvre et ses droits d’auteur imaginaires. Cela, alors que tout le monde sait que le vrai Satoshi Nakamoto a, lui, toujours voulu Bitcoin comme open-source et décentralisé. Pas étonnant qu’un précédent procès de ce Faketoshi contre Hodlonaut (de son vrai nom, Magnus Granath) ait été remporté par ce dernier, qui avait été harcelé judiciairement pour simplement avoir déclaré que Craig Wright est une « fraude » et un « menteur ».

Vous avez la passion des cryptos, et vous aimeriez faire grandir votre patrimoine immobilier ? La tokenisation peut vous permettre de générer un rendement régulier basé sur des biens immobiliers réels sans les inconvénients d’une rente locative

Lien commercial

L’article Le colérique Craig Wright « déteste » qu’on dise qu’il n’est PAS Satoshi Nakamoto est apparu en premier sur Journal du Coin.

ETF Bitcoin : les institutionnels dévorent les BTC 10 fois plus vite qu’ils ne sont produits

https://journalducoin.com/bitcoin/bitcoin-achete-10-fois-plus-vite-produit-mineurs-etf-btc-halving/

Les institutionnels : des gloutons de bitcoins. Dès le premier jour de cotation des ETF au comptant de Bitcoin, la ferveur des acheteurs se ressentait déjà. Cette poussée d’achats est telle que la production de nouveaux bitcoins est largement inférieure à la demande engloutie dans ces fonds négociés en bourse. Une situation qui va s’aggraver avec le halving du réseau BTC en avril prochain.

Plus de 10 000 BTC happés chaque jour par les ETF, pour seulement 1 000 BTC minés

C’est un fait avéré : les ETF Bitcoin au comptant cartonnent auprès des investisseurs, en particulier auprès des richissimes institutionnels. Les nouveaux fonds BTC de BlackRock et Fidelity sont ainsi devenus les deux meilleurs départs d’ETF depuis 30 ans pour leur premier mois de cotation en bourse.

Selon une synthèse réalisée par Cointelegraph, pour la seule journée du lundi 12 février 2024, plus de 493 millions de dollars en BTC sont rentrés dans les ETF Bitcoin au comptant. Cela représente une puissante aspiration d’environ 10 280 bitcoins en 24 heures. Surtout qu’il s’agit là d’un flux net (les entrées moins les sorties).

Pendant ce même jour, les mineurs du réseau blockchain n’ont quant à eux extrait que 1 059 bitcoins. On est donc proche d’un rapport de 1 à 10 entre la production de nouveaux BTC et la demande pressante des investisseurs.

Si la dynamique reste la même après le halving : 20 fois plus de demandes que d’offre ?

Cette folie acheteuse avait déjà été observée vendredi 9 février, avec un flux net de 12 700 bitcoins entrant dans les ETF spot du roi des cryptos. Si la situation devait perdurer sur plusieurs semaines, les cours de Bitcoin auraient littéralement le potentiel d’exploser.

En effet, un quatrième halving va se produire sur le réseau BTC au cours du mois d’avril 2024. Ce processus, programmé dans le code de Bitcoin par Satoshi Nakamoto, va diviser par deux la récompense de bloc donnée aux mineurs pour valider les transactions, ce qui va réduire d’autant la production de nouveaux BTC.

Avec une récompense de minage passant de 6,25 à seulement 3,125 bitcoins, vous aurez compris que le rapport entre l’offre et la demande va passer de 1 pour 10 à subitement 1 pour 20, si l’appétit des investisseurs institutionnels pour les ETF BTC au comptant devait simplement rester le même qu’aujourd’hui.

Surtout que le réseau Bitcoin en lui-même est en très bonne santé, avec une activité croissante et soutenue sur la blockchain BTC. De quoi préparer un cocktail détonant dans à peine quelques semaines pour les cours du chef de file des crypto-actifs ? En tout cas, les prix du BTC ont déjà redépassé les 50 000 dollars au moment d’écrire ces lignes.

Vous avez la passion des cryptos, et vous aimeriez faire grandir votre patrimoine immobilier ? La tokenisation peut vous permettre de générer un rendement régulier basé sur des biens immobiliers réels sans les inconvénients d’une rente locative

Lien commercial

L’article ETF Bitcoin : les institutionnels dévorent les BTC 10 fois plus vite qu’ils ne sont produits est apparu en premier sur Journal du Coin.

La banque centrale de Nouvelle-Zélande dénigre les stablecoins, mais oublie le 11 juin 2007

https://journalducoin.com/economie/banque-centrale-nouvelle-zelande-orr-critique-stablecoins-oublie-11-juin-2007/

Les monnaies fiduciaires ne sont pas stables. L’interventionnisme systématique des banques centrales est bien connu de ceux qui s’intéressent à l’Histoire de la monnaie. Surtout depuis la vaste (mais mauvaise) blague que sont devenues les monnaies fiduciaires, suite à la fin du standard or (achevé par le président US Richard Nixon en août 1971). Pourtant, le gouverneur de la banque centrale de Nouvelle-Zélande préfère s’attaquer aux stablecoins plutôt qu’aux monnaies fiat elles-mêmes.

Un gouverneur de banque centrale de plus critique la concurrence des stablecoins

Une majorité des banquiers centraux et grands financiers de la planète voient les cryptomonnaies uniquement comme un « risque ». Il faut dire que ce total changement de paradigme, qui leur retire leur privilège jusqu’alors exclusif de battre monnaie, a de quoi les agacer.

Ainsi, Adrian Orr, le gouverneur de la banque centrale de Nouvelle-Zélande, ne fera pas exception à cette vindicte contre la concurrence de Bitcoin (BTC) et de ses semblables décentralisés. Ce lundi 12 février, le banquier central a plus particulièrement déclaré toute son « inquiétude » (et son mépris) face aux cryptomonnaies de type stablecoin :

« [Les stablecoins] sont de grands contresens, (…) des oxymores. (…) Les stablecoins ne sont pas stables. Ils ne valent que ce que vaut le bilan financier de l’émetteur qui offre ce stablecoins [ndlr : exactement comme les monnaies fiduciaires des États, basées sur la seule confiance en l’État émetteur]. (…) Je suis très inquiet (…) de ces prétendues alternatives à l’argent des banques centrales. (…) »

Adrian Orr, gouverneur de la banque centrale de Nouvelle-Zélande

11 juin 2007 : quand le prédécesseur de Mr. Orr manipulait le cours du dollar néozélandais

Bien sûr, les banquiers centraux ne parleront jamais de manipulations de marché, mais « d’interventionnisme » pour maintenir leur monnaie fiduciaire. Chacun jugera donc de lui-même du meilleur de ces deux termes à employer pour qualifier ce qu’a fait la Banque centrale néozélandaise (RBNZ, pour Reserve Bank of New Zealand) le 11 juin 2007.

Nous sommes alors en pleine période d’instabilité économique, au tout début de ce qu’allait être la terrible crise économique des subprimes (quand on ne pouvait pas encore accuser Bitcoin – créé en 2009 – et les cryptos de tous les maux). Comme on peut le lire dans un rapport toujours disponible sur le site même du Trésor du gouvernement néozélandais :

« Le 11 juin 2007, la Banque centrale de Nouvelle-Zélande est intervenue sur le marché du dollar néo-zélandais (NZD) en vendant un montant non divulgué (sic) de NZD pour acheter des devises étrangères. Avant cette intervention, le dollar néo-zélandais s’était apprécié pour atteindre un niveau record de 76,2 cents par rapport au dollar américain. À la suite de cette action, le NZD a chuté de plus d’un cent et se négocie (…) autour de 75 cents américains. »

Extrait du rapport sur l’action d’intervention de la RBZN sur le marché des devises. – Source : treasury.govt.nz

Depuis la fin des accords de Bretton Woods le 15 août 1971, mettant une fin définitive au standard or, nous sommes plongés dans un régime de monnaies fiduciaires à taux de change flottant. Ce dernier est défini par le site du Fonds monétaire international (FMI) par la nature fluctuante de la valeur des monnaies fiat des États, normalement déterminée par le marché, mais dans lequel les banques centrales manipulent « interviennent » en procédant à « l’achat ou la vente de devises étrangères contre la monnaie locale ». Mais peut-être que si les stablecoins ne sont pas vraiment stables, c’est justement parce qu’ils sont indexés à des monnaies fiduciaires fluctuantes et inflationnistes ?

Vous avez la passion des cryptos, et vous aimeriez faire grandir votre patrimoine immobilier ? La tokenisation peut vous permettre de générer un rendement régulier basé sur des biens immobiliers réels sans les inconvénients d’une rente locative

Lien commercial

L’article La banque centrale de Nouvelle-Zélande dénigre les stablecoins, mais oublie le 11 juin 2007 est apparu en premier sur Journal du Coin.

Cyberattaques de la Corée du Nord : l’ONU enquête sur le vol de 3 milliards $ de cryptos

https://journalducoin.com/?p=665965

Profession pirate. Encore récemment, les hackers du groupe Lazarus ont fait parler d’eux en effectuant une série de grosses transactions en cryptomonnaies. Avec un butin total de leur cyber-larcin estimé à 3 milliards de dollars depuis 2017, l’Organisation des Nations-Unies (ONU) a étudié les méthodes et le but de ces attaques de pirates qui proviendraient de la Corée du Nord.

58 cyberattaques présumées de la Corée du Nord

Comme le rapporte notamment Reuters, les inspecteurs des sanctions de l’ONU vont bientôt publier les détails de leur enquête sur les attaques de pirates informatiques qui seraient soutenues par la République Populaire Démocratique de Corée (RPDC).

La Corée du Nord est sous sanctions de l’organisation supranationale depuis 2006, car le Conseil de sécurité de l’ONU lui a interdit de mener des essais nucléaires et des tirs de missiles balistiques. Et il semblerait que ce soit justement dans le but de financer son programme nucléaire que les vols de cryptomonnaies seraient organisés.

« Le groupe [des inspecteurs de l’ONU] enquête sur 58 cyberattaques présumées de la RPDC contre des entreprises liées aux cryptomonnaies entre 2017 et 2023. D’une valeur totale d’environ 3 milliards de dollars, ces attaques aideraient à financer le développement d’armes de destruction massive (ADM) de la RPDC (…) qui a continué à se jouer des sanctions du Conseil de sécurité. (…) La RPDC a continué à développer des armes nucléaires et à produire des matières fissiles nucléaires, bien que son dernier essai nucléaire connu ait eu lieu en 2017. »

Les groupes de hackers comme Lazarus en service commandé ?

Selon les inspecteurs de l’ONU, les pirates informatiques comme ceux du Lazarus Group seraient ainsi des sortes d’agents de renseignement spécialisés, rattaché au Bureau général de reconnaissance de la Corée du Nord.

Les cyberattaques nord-coréennes « présumées » (car Pyongyang les a toujours niées jusqu’ici) cibleraient des « entreprises de défense et des chaînes d’approvisionnement » selon les inspecteurs aux sanctions.

Si certains membres du Conseil de sécurité de l’ONU, dont principalement les États-Unis, aimeraient renforcer ces sanctions qui semblent manquer d’efficacité, deux autres membres – la Chine et la Russie – préféreraient, au contraire, assouplir les sanctions pour tenter de normaliser les relations avec la RPDC, dans l’espoir de « reprendre les pourparlers sur la dénucléarisation ».

En somme, tenter le dialogue et la carotte plutôt que la coercition et le bâton, ces deux derniers ne marchant manifestement pas depuis près de 20 ans de sanctions – surtout que ces sanctions ont déjà été continuellement renforcées depuis 2006, sans plus d’effets. Et c’est d’ailleurs la même chose pour les produits de luxe : bien que l’ONU ait imposé des sanctions interdisant la vente d’articles de luxe à la RPDC, ces derniers sont bien présents dans le pays Kim Jong-un, selon les inspecteurs en sanctions.

Vous avez la passion des cryptos, et vous aimeriez faire grandir votre patrimoine immobilier ? La tokenisation peut vous permettre de générer un rendement régulier basé sur des biens immobiliers réels sans les inconvénients d’une rente locative

Lien commercial

L’article Cyberattaques de la Corée du Nord : l’ONU enquête sur le vol de 3 milliards $ de cryptos est apparu en premier sur Journal du Coin.

Bitcoin au mieux de sa forme avant le halving (Grayscale)

https://journalducoin.com/bitcoin/bitcoin-mieux-forme-avant-halving-grayscale-ordinals-etf/

Bitcoin, plus fort que jamais ? Si l’approbation des ETF Bitcoin au comptant le 10 janvier dernier a boosté l’intérêt des investisseurs pour le roi des cryptos, l’utilisation et l’amélioration de son réseau blockchain sont également au beau fixe. Un récent rapport des analystes de Grayscale confirme en effet la bonne santé de l’écosystème de Bitcoin.

Bitcoin enregistre une nette hausse de son activité on-chain

Le gestionnaire d’actifs Grayscale Investments fait partie des 11 heureux élus à avoir vu son ETF spot de Bitcoin coté le 11 janvier 2024, après la conversion de son fonds GBTC (Grayscale Bitcoin Trust). Mais c’est loin d’être la seule source d’optimisme des analystes de Grayscale.

Dans un récent rapport, ces experts en transactions on-chain font remarquer que, depuis plusieurs mois, il y a une significative augmentation de l’utilisation du réseau Bitcoin. Le protocole Ordinals et ses « inscriptions » ont aidé à maintenir cet usage soutenu de la blockchain BTC.

« Bitcoin a non seulement résisté à la tempête du marché baissier, mais il en est également ressorti plus fort. (…) Alors que cela fait déjà un moment qu’il est considéré comme de l’or numérique (« digital gold »), ses évolutions récentes suggèrent que Bitcoin s’améliore vers quelque chose d’encore plus important. (…) L’équipe de Grayscale Research suivra de près son évolution avant et après le halving en avril 2024, car nous pensons que l’avenir de Bitcoin est prometteur. »

Extrait du rapport de Grayscale Research

Les NFT et BRC-20 issus d’Ordinals stimulent l’activité sur le réseau BTC

En mai 2023, la folie initiale des tokens BRC-20 et autres NFT (tokens non fongibles) permis par le protocole Ordinals, s’est rapidement tassée après avoir fortement congestionné la blockchain Bitcoin (explosion des frais de transaction).

Mais, les analystes de Grayscale font remarquer que l’activité liée aux inscriptions Ordinals s’est bien relancée au cours des derniers mois. Après la première explosion d’avril-mai 2023, les frais de transaction générés par les inscriptions Ordinals sont de nouveau en forte augmentation depuis novembre dernier, pour atteindre un total cumulatif de plus de 200 millions de dollars aujourd’hui (voir graphique ci-dessous). Ce sont ainsi « 59 millions d’actifs » qui ont été inscrits sur des satoshis selon les chercheurs on-chain de Grayscale (1 satoshi équivalent à 0,00000001 BTC).

Les analystes de Grayscale voient une nette hausse de l’activité on-chain de Bitcoin en amont de son halving.
Frais de transaction cumulés générés par les inscriptions Ordinals (courbe rose) – Source : grayscale.com

Ainsi, si la division par deux des récompenses de bloc du halving d’avril prochain risque de poser un réel défi aux mineurs de bitcoins, les frais de transaction générés par les inscriptions Ordinals pourraient les aider à passer un peu mieux ce cap difficile. Cela, combiné à la demande pour les ETF BTC au comptant -, notamment celle des fortunés investisseurs institutionnels – pourrait ainsi amener Bitcoin au-delà des 110 000 dollars.

Vous avez la passion des cryptos, et vous aimeriez faire grandir votre patrimoine immobilier ? La tokenisation peut vous permettre de générer un rendement régulier basé sur des biens immobiliers réels sans les inconvénients d’une rente locative

Lien commercial

L’article Bitcoin au mieux de sa forme avant le halving (Grayscale) est apparu en premier sur Journal du Coin.

Bitcoin (BTC) explose les 50 000 dollars : les bulls se réveillent

https://journalducoin.com/bitcoin/bitcoin-btc-explose-50000-dollars-bulls-reveillent/

Back To the Moon ? Ce lundi 12 février 2024, le cours de Bitcoin vient de dépasser les très symboliques 50 000 dollars l’unité. Des prix du BTC qui n’avaient pas été revus depuis plus de 2 ans, puisqu’il faut remonter au 28 décembre 2021 pour retrouver un bitcoin au-dessus de ce chiffre rond.

Après la période de baisse des cours qui a suivi l’approbation des ETF au comptant de Bitcoin (dans un exemple parfait de l’adage de trading « Buy the Rumor, Sell the News »), le roi des cryptos s’est finalement rapidement remis de cette chute de plus de 48 000 dollars jusqu’au support des 38 500 dollars.

Si le halving du réseau Bitcoin, prévu pour avril prochain, s’annonce compliqué pour les mineurs de BTC (leur récompense de bloc validé sera divisée par deux), ce processus codé par Satoshi Nakamoto augmentera la rareté des bitcoins. En effet, seulement 3,125 bitcoins seront alors créés à chaque bloc, au lieu de 6,25 bitcoins actuellement. De quoi propulser le chef de file des crypto-actifs vers ses anciens sommets historiques (ATH) vers les 69 000 dollars ?

L’article Bitcoin (BTC) explose les 50 000 dollars : les bulls se réveillent est apparu en premier sur Journal du Coin.

RealT : comment acheter votre premier token immobilier ?

https://journalducoin.com/?p=665030

Le futur de l’immobilier, dès aujourd’hui ! Si vous vous intéressez à la cryptosphère, vous avez certainement entendu parler d’un de ses secteurs les plus prometteurs pour les années (décennies) à venir : la tokenisation des actifs du monde réel (ou RWA, pour Real-world assets). Et en la matière, la société de tokenisation immobilière RealT est nettement la plus avancée. Et pionnière également puisque, dès 2019, RealT mettait en vente sa première maison fractionnée en parts numérisées sur le réseau blockchain Ethereum (ETH). Des tokens immobiliers qui sont désormais versés via la beaucoup moins coûteuse blockchain Gnosis (GNO). Découvrez comment acheter vous aussi votre premier token immobilier grâce à ce tutoriel complet.

Le Journal du Coin vous propose cet article promotionnel en collaboration avec RealT.

Bienvenue sur le site de tokenisation immobilière de Realt, prêt pour l’inscription ?

Si les secteurs de l’immobilier et des cryptomonnaies vous intéressent, vous devez être impatient de profiter à la fois de la rapidité et de la décentralisation des cryptos, et de la sécurité d’une rente immobilière. Et avec une facilité d’investissement inégalée, puisque les tokens de cet immobilier fractionné sont proposés à seulement 50 dollars l’unité.

Surtout que dans le cas de RealT, ce sont des revenus hebdomadaires réguliers qui vous attendent, puisque les loyers sont versés chaque lundi ! Et bien sûr, finis les tracas habituels de la gestion locative, puisque tout ce que vous aurez à faire, ce n’est que quelques clics : l’entretien des biens et la gestion des locataires sont assurés pour vous par un gestionnaire de propriétés.

Passons désormais aux choses sérieuses, en allant sur la page d’accueil du site de RealT. Si vous avez la gentillesse de passer par le lien affilié de votre crypto-média favori, rendez-vous sur ce lien. Que ce soit pour cette fois ou pour toutes les suivantes, vérifiez bien le nom de domaine de base du site, qui doit être « realt.co », suivi éventuellement des détails de la page spécifique que vous visitez.

La page d’accueil de RealT : la tokenisation immobilière s’ouvre à vous ! – Source : realt.co

Une création de compte simple et rapide sur RealT

Pour continuer vers votre inscription, vous pouvez soit cliquer en haut à gauche sur « Register / Sign in » (s’inscrire / se connecter), soit sur « Get Started » (démarrer) dans le corps de la page d’accueil, soit encore sur « Go Now » (commencer maintenant) sur la petite fenêtre pop-up au centre.

Vous arriverez sur la page ci-dessous vous demandant de renseigner quelques premiers éléments d’identité. Car oui, autant vous prévenir tout de suite, tout comme pour de l’immobilier classique, vous allez effectuer une vérification d’identité (KYC) pour pouvoir devenir propriétaire de vos biens.

Dans l’ordre, il s’agit de votre prénom, votre nom de famille, votre pseudo/nom d’utilisateur (à votre choix), votre adresse e-mail, votre mot de passe (n’oubliez pas : lettres majuscules/minuscules + chiffres + symboles 😉), confirmez votre mot de passe. Pour des raisons légales, vous devrez également répondre aux deux petites questions suivantes (par Oui ou par Non) :

  • « Êtes-vous résident ou citoyen des États-Unis ou de ses territoires ? »
  • « Vous inscrivez-vous pour investir en tant que compte professionnel ? »

Et voilà, plus qu’à cliquer sur « Register » (s’inscrire) en bas du formulaire pour créer votre compte RealT, et passer à l’étape suivante !

RealT propose de l’immobilier tokenisé accessible à tous.
La page d’inscription (et de connexion) de RealT : vous y êtes presque ! – Source : realt.co

Réaliser votre vérification d’identité (KYC) pour pouvoir investir dans l’immobilier tokenisé

Juste après avoir cliqué sur « Register » à l’étape précédente, la petite fenêtre pop-up (ci-dessous) vous donne le choix. Soit de compléter votre inscription (« Complete registration »), soit d’en apprendre plus sur RealT (« Learn about RealT »).

Complétez votre inscription à RealT.

Si vous continuez l’inscription, vous arriverez sur la page ci-dessous qui vous permettra de compléter vos informations d’identité. Elles sont très importantes pour les contrats en bonne et due forme que vous signerez et recevrez plus tard pour authentifier la possession de vos parts d’immobilier tokenisé.

Votre prénom et nom devraient déjà être inscrits, mais il vous faudra ajouter ici votre date de naissance. De même, votre e-mail sera normalement déjà enregistré, mais il faudra ajouter votre numéro de téléphone.

Les tokens immobiliers, et leurs contrats sous-jacents, sont du sérieux chez RealT : le KYC est donc obligatoire.
Complétez vos informations d’identité pour authentifier la propriété de vos futurs tokens immobiliers.

Plus bas, toujours sur cette même page de vérification d’identité, vous trouverez les éléments qui permettront d’émettre vos factures après chaque achat, et également de compléter les contrats (mentionnés juste ci-dessus) qui seront associés à vos tokens.

Il faudra donc renseigner : votre pays, l’adresse de votre rue et ville de résidence, votre département/région, et votre code postal. Pour terminer cette procédure, il vous sera demandé un selfie de votre visage et une pièce d’identité (passeport, permis de conduire, carte d’identité…). Cette fois c’est bon, vous pourrez prouver que c’est bien vous le propriétaire de vos tokens/parts d’immobilier !

Adresse de facturation et KYC via pièce d’identité pour finir l’inscription à RealT.
Quelques derniers éléments à fournir et vous serez prêt à investir dans le futur de l’immobilier.

Et voilà vous êtes chez RealT !

Vous avez complété votre inscription chez RealT, félicitations ! Maintenant, nous allons nous intéresser à comment vous allez recevoir vos tokens immobiliers. En allant sur « My account » (mon compte) puis en cliquant sur « Portfolio », vous aurez alors deux choix de wallet (portefeuille numérique) pour stocker les jetons numériques représentant vos précieux biens immobiliers.

Définissez votre profil de compétences crypto

Vous pouvez soit opter pour l’option « Walletless », dédiée aux débutants, soit pour un wallet crypto privé si vous connaissez déjà le secteur des blockchains. Attention toutefois dans ce dernier cas : pour des raisons d’économies sur les frais de transaction, RealT a choisi la blockchain Gnosis à la place d’Ethereum (ainsi, les transactions ne coûtent en moyenne que 0,001 $ sur le réseau GNO).

La grosse différence est la gestion de la clé privée d’accès à vos cryptomonnaies. Une clé privée qui peut se présenter sous la forme d’une passe-phrase de 12 à 24 mots À NE SURTOUT PAS PERDRE. En effet, personne ne la retrouvera pour vous si vous la perdez. Avec la formule Waletless, vous n’avez pas à gérer cette clé privée d’accès à vos tokens. Tout se fait de façon transparente et simple pour l’utilisateur.

En revanche, des options avancées de finance décentralisée (DeFi) ne seront pas possibles. Du moins dans un premier temps. Car la bonne nouvelle est que vous pouvez basculer du Waletless à l’autre option de wallet privé à tout moment. Par exemple, dès que vous vous sentirez près à gérer (précieusement) votre clé privée.

RealT propose de choisir la méthode de stockage des tokens immobiliers.
Choisissez votre méthode de stockage pour vos tokens immobiliers : facilité extrême du Waletless, ou total contrôle via votre wallet privé sur Gnosis ?

Cette fois, c’est parti : achetez votre tout premier token immobilier !

Tous les détails importants sont désormais réglés. Vous pouvez vous rendre sur l’onglet « Marketplace » (place de marché) en haut à gauche du menu. Ici, vous pourrez retrouver toutes les maisons et biens disponibles à la vente.

Dans l’exemple ci-dessous, nous allons prendre une part tokenisée de cette jolie maison située au 14 256 Montrose Street, dans la ville américaine de Détroit. On notera quelques premiers éléments importants sur le bien en question. Déjà le coût d’une part/token (de 50,95 dollars US), le prix total de la vente (ici 132 470 dollars) et le taux d’intérêt annuel espéré (un joli 9,79% par an).

Sont également précisés : ce qu’un seul token devrait vous rapporter chaque année (la « Rent per token », de 4,99 dollars par an ici), et la date à laquelle les loyers commenceront à être versés (la « Rent start date », ici au 15 avril). À noter que RealT vous verse vos parts de loyer pour 7 jours chaque lundi. Si le bien vous convient, cliquez sur « Add to cart » (ajouter au panier). Sachez que vous pouvez aussi obtenir des informations plus détaillées sur la vente, le bien et sa rentabilité en cliquant sur la photo de la maison.

RealT propose un large choix de biens immobiliers, allant de la maison individuelle aux copropriétés comptant des dizaines de logement.
Le choix de votre tout premier token immobilier, c’est maintenant !

Validez votre panier, et offrez-vous votre part de maison numérisée

En cliquant sur le petit dessin en forme de caddie en haut à droite de l’écran, vous arrivez sur la page du récapitulatif de vos achats. Vous y verrez le total en dollars de vos achats. Le détail des différents biens et nombre de tokens que vous avez dans votre présente commande aussi. Dans notre exemple, c’est vite vu, il y a un bien et un token.

Une fois vos vérifications effectuées, cliquez sur « Proceed to checkout » (procéder au paiement) pour passer à la page suivante.

Le processus d’achat de RealT vous affiche un récapitulatif pour être sûr de ne rien oublier.
La page récapitulative de vos achats, pour être sûr que vous n’avez pas oublié un bien/token dans vos courses immobilières !

Nous voilà sur la page des paiements (ci-dessous) pour acquérir votre premier token immobilier. Si vous avez choisi l’option Walletless, vous n’aurez que le paiement par carte bancaire disponible. Et si vous gérez votre wallet privé, vous aurez en plus la possibilité de régler en stablecoins du dollar sur la blockchain Gnosis (soit en xDAI, soit en USDC sur Gnosis). Ou sinon en cryptomonnaies depuis leur réseau respectif, comme Bitcoin (BTC), Ethereum (ETH) et Litecoin (LTC).

Si vous effectuez le paiement par CB, vous rentrerez les coordonnées bancaires directement depuis le site de RealT. Et si vous payez via une cryptomonnaie, vous recevrez les détails par e-mail (le montant dans la crypto choisie et l’adresse du wallet sur lequel effectuer le paiement).

RealT propose un vaste choix de paiements : classique (carte bancaire) et cryptos (via Gnosis ou via les principales blockchains).
La page de règlement de vos emplettes immobilières sur RealT.

C’est fait ! Plus qu’à signer le contrat authentifiant votre part de propriété

À peine quelques minutes après votre achat, vous recevrez par e-mail une demande de signature électronique de votre contrat pour l’achat de parts de votre bien immobilier tokenisé. En plus de consulter le contrat, vous aurez 3 cases à cocher et une signature électronique à apposer au document.

Et cette fois, c’est tout bon ! Vous recevrez quelques minutes plus tard la version finale du contrat, signée par RealT et vous, pour votre achat de parts tokenisées. Peu de temps après, c’est votre token qui sera versé automatiquement dans votre wallet privé (ou votre compte Waletless).

Si le versement des loyers de votre bien immobilier a déjà commencé vous recevrez, dès le lundi qui suit votre achat, votre premier versement (proportionnel) des loyers perçus. Après seulement quelques clics, encaissez désormais votre première rente immobilière grâce à RealT !

Conclusions

La société RealT a réellement ramené l’investissement immobilier à la portée de tous. D’abord par ses petits prix d’investissement, dès les 50 dollars. Mais aussi par son accès facile à l’immobilier suite à une simple vérification d’identité. En effet, il n’est pas besoin de monter des dossiers d’investissement complexes avec un banquier ou autres intermédiaires. Et la tokenisation de ces biens immobiliers apporte quant à elle une très grande rapidité dans les échanges. Cela se ressent lors de la revente ou de l’achat sur le marché secondaire. Et tout cela en bénéficiant également des avantages de la finance décentralisée. Car oui, vous pourrez hypothéquer vos tokens immobiliers pour obtenir un prêt ! Mais ça, c’est une autre histoire que nous vous ferons très bientôt découvrir sur le Journal du Coin. En attendant, profitez bien de vos premières rentes immobilières !

Vous avez la passion des cryptos, et vous aimeriez faire grandir votre patrimoine immobilier ? La tokenisation peut vous permettre de générer un rendement régulier basé sur des biens immobiliers réels sans les inconvénients d’une rente locative

Lien commercial

L’article RealT : comment acheter votre premier token immobilier ? est apparu en premier sur Journal du Coin.

Blanchiment d’argent et criminalité : le dollar US bien plus utilisé que les cryptos

https://journalducoin.com/economie/blanchiment-argent-criminalite-dollar-us-bien-plus-utilise-cryptos/

Il n’y que l’usage que l’on en fait qui peut être mauvais. Pour attaquer Bitcoin (BTC) et ses semblables, les anti-cryptos et régulateurs usent et abusent du poncif selon lequel les cryptomonnaies serviraient massivement aux actes criminels. Si ce cliché a été maintes fois démonté, trois récents rapports rédigés par les autorités américaines mettent en évidence un bien plus grand acteur de ces échanges illégaux : le dollar US. Et plus généralement, les monnaies fiduciaires des États, sous forme d’argent liquide.

Le dollar (et le cash des États) reste de loin le roi des économies criminelles

Ce 7 février 2024, les services du Trésor US ont publié une série de 3 rapports sur les moyens d’échange au sein des réseaux et des organisations criminelles. Comme le résume Cointelegraph, ces documents portent respectivement sur le blanchiment d’argent (Money Laundering), le financement du terrorisme (Terrorist Financing) et le financement de la prolifération des armes (Proliferation Financing).

Et il s’avère que c’est sur le dollar américain en premier lieu, et/ou les monnaies fiduciaires locales, que s’appuie la très vaste majorité de ces transactions criminelles. Que ce soit pour le blanchiment d’argent ou le financement du terrorisme, l’argent liquide émis par les États est la méthode d’échange la plus utilisée :

« Les criminels utilisent des stratégies de blanchiment d’argent liquide, en grande partie parce que l’argent liquide offre l’anonymat. Ils utilisent couramment la monnaie américaine en raison de sa large acceptation et de sa stabilité. (…)
Les connexions financières les plus courantes entre des individus aux États-Unis et des groupes terroristes étrangers impliquent (…) de leur en envoyer des fonds en utilisant de l’argent liquide, des entreprises de transfert de fonds enregistrées ou, dans quelques cas, des actifs numériques. »

Extraits des rapports du Trésor US sur les économies criminelles

En fait, le seul domaine du secteur des crypto-actifs qui agace significativement les autorités américaines est celui de la finance décentralisée (DeFi). En effet, la résistance à la censure et l’absence d’intermédiaires de cet écosystème (héritées de l’esprit Cypherpunk et de Satoshi Nakamoto) empêchent toute action des officines US ou Étatiques contre ces échanges. Ce n’est d’ailleurs sans doute pas pour rien que la Securities and Exchange Commission (SEC) des USA sort soudainement de son chapeau une nouvelle règlementation qui pourrait obliger les plus importants DEX (exchanges décentralisés) à devoir s’enregistrer comme courtier. Et donc… à devenir un intermédiaire censurable.

Grâce à Bitpanda, vous pouvez investir sereinement dans les cryptos comme dans les actions ou même sur les ETF, en bénéficiant de la sécurité d’une plateforme auditée et régulée en France. Du 6 au 13 février, vous pouvez tenter de remporter 2000€ en BTC en achetant 210€ de cryptos !

Lien commercial

L’article Blanchiment d’argent et criminalité : le dollar US bien plus utilisé que les cryptos est apparu en premier sur Journal du Coin.

Avant le halving de Bitcoin, Bernstein recommande l’achat d’actions de mineurs BTC

https://journalducoin.com/bitcoin/avant-halving-bitcoin-bernstein-recommande-achat-actions-mineurs-btc/

Miser sur les mineurs de bitcoins. Après la survenue du dernier halving de Bitcoin (BTC) le 11 mai 2020, c’est désormais le 4e opus de ce processus qui pointe à l’horizon. En effet, le prochain halving du réseau BTC devrait se produire durant ce mois d’avril 2024. Avec cette baisse d’émission de nouveaux bitcoins qui s’annonce dans un peu plus de 2 mois, les analystes financiers de Bernstein recommandent d’investir dans les compagnies crypto-minières.

La mécanique bien huilée du halving de Bitcoin se rapproche à nouveau

Les spécialistes de la finance et des investissements d’Alliance Bernstein (AB) se montrent régulièrement très optimistes pour le secteur de Bitcoin et des cryptos. Parmi leurs principales raisons d’être si enthousiastes, se trouve le processus de halving prévu dans le code de Bitcoin par Satoshi Nakamoto.

Ce dernier survient tous les 210 000 blocs de transactions minés, soit environ tous les 4 ans. À chaque survenue du halving, la récompense de blocqui incite les mineurs à mettre leur puissance de calcul informatique au service du réseau BTC – est divisée par deux. Ainsi, à l’époque de la création de Bitcoin, en 2009, cette récompense était de 50 BTC, mais actuellement, elle n’est plus que de 6,25 BTC après 3 halvings. Et après le 4e halving d’avril prochain, cette récompense sera donc de 3,125 BTC par bloc validé.

C’est donc dans ce contexte que les analystes de Bernstein recommandent dans un récent rapport, commenté par CoinDesk, de songer à investir dans les compagnies de minage de bitcoins avant que cette nouvelle réduction de récompense de bloc ne se produise.

Bernstein voit d’un bon œil l’investissement dans les mineurs BTC comme Riot

Les experts financiers de Bernstein proposent ainsi une exposition (à peine) indirecte à Bitcoin via les actions boursières de grandes entreprises crypto-minières cotées. Le rapport cite notamment les actions RIOT de Riot Platforms et les actions CLSK de CleanSpark.

Car en plus du halving à venir, les analystes constatent que la récente approbation des ETF Bitcoin au comptant stimule déjà l’intérêt des investisseurs pour Bitcoin – et tout particulièrement l’intérêt des richissimes institutionnels. Un alignement favorable des planètes pour Bernstein :

« L’histoire avec les investisseurs institutionnels menée sur les ETF spot de Bitcoin pousse la demande. (…) Nous prévoyons qu’un prix plus élevé entraînera des entrées plus importantes dans les ETF, ce qui conduira à de nouveaux sommets en 2024. »

Extrait du dernier rapport d’Alliance Bernstein

Les analystes de Bernstein rejoignent sur ce dernier point l’avis des cadres de la branche institutionnelle de la crypto-bourse Coinbase. En effet, ces derniers voient les ETF Bitcoin au comptant comme un changement de paradigme, qui marque le début d’un mouvement d’envergure pour l’adoption de Bitcoin et des cryptomonnaies. Le prochain halving d’avril 2024 devrait donc s’annoncer comme un catalyseur supplémentaire dans ce tant espéré nouveau bull market (marché haussier).

Grâce à Bitpanda, vous pouvez investir sereinement dans les cryptos comme dans les actions ou même sur les ETF, en bénéficiant de la sécurité d’une plateforme auditée et régulée en France. Du 6 au 13 février, vous pouvez tenter de remporter 2000€ en BTC en achetant 210€ de cryptos !

Lien commercial

L’article Avant le halving de Bitcoin, Bernstein recommande l’achat d’actions de mineurs BTC est apparu en premier sur Journal du Coin.

ETF Bitcoin de BlackRock et Fidelity : le meilleur départ d’ETF depuis 30 ans !

https://journalducoin.com/bitcoin/etf-bitcoin-blackrock-fidelity-meilleur-depart-depuis-30-ans/

Succès retentissant. Depuis le 1er jour de cotation des 11 ETF Bitcoin au comptant, ces fonds négociés en bourse cartonnent sur les différentes places boursières où ils sont cotés. À tel point qu’ils ridiculisent les précédents lancements de ce type de produit financier aux États-Unis. Dans cette domination, les ETF BTC de BlackRock et Fidelity écrasent toute concurrence.

Les fonds Bitcoin au comptant de BlackRock et Fidelity établissent un record

Cela fait déjà presque 1 mois que la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis a approuvé les premiers ETF Bitcoin au comptant. Le lendemain, 11 janvier 2024, ces fonds spot du BTC étaient cotés sur les bourses du NYSE Arca, du Nasdaq ou du CBOE BZX (suivant leur émetteur).

Parmi les 11 élus qui ont réussi à passer « l’obstacle Gary Gensler » (le président de la SEC), ce sont clairement les fonds BTC des deux grands géants de la gestion d’actifs – BlackRock et Fidelity – qui ont su le mieux tirer leur épingle du jeu.

Le iShares Bitcoin Trust (IBIT) de BlackRock, et le Fidelity Wise Origin Bitcoin (FBTC) de Fidelity ont su attirer respectivement plus de 3,5 et 3 milliards de dollars dans Bitcoin durant leurs premiers 30 jours de cotation. Comme le signale sur le réseau X Eric Balchunas, analyste ETF chez Bloomberg, c’est tout simplement du jamais vu depuis 30 ans malgré 5 535 ETF lancés durant cette période !

4 des nouveaux fonds BTC sont dans les 25 meilleurs départs d’ETF

Comme le montre le graphique ci-dessous, issu des données de Bloomberg Intelligence, les fonds de BlackRock et Fidelity occupent donc, largement, la première et la deuxième places des lancements de fonds négociés en bourse aux USA.

Et ce n’est pas tout, car dans ce Top 25 des meilleurs départs d’ETF, figurent également deux autres fonds Bitcoin supplémentaires. Le ARK 21Shares Bitcoin ETF (ARKB) d’ARK Invest, ainsi que le Bitwise Bitcoin ETF (BITB) de Bitwise ont, eux aussi, su bien attirer les investisseurs pour investir dans Bitcoin.

Les ETF Bitcoin de BlackRock et Fidelity ont un lancement qui restera dans les annales des ETF.
BlackRock et Fidelity au sommet du Top 25 des meilleurs départs d’ETF – Compte X @EricBalchunas

Pour l’instant, l’enthousiasme des investisseurs pour les ETF Bitcoin au comptant ne semble pas retomber, et continue de plus belle. Et pour certains observateurs, cela ne marque même que le début d’un changement de paradigme sur l’adoption des cryptomonnaies. Pour la dirigeante d’ARK Invest, Cathie Wood, Bitcoin pourrait même « se substituer » à l’or comme réserve de valeur, grâce à ces nouveaux fonds négociés en bourse au comptant.

Grâce à Bitpanda, vous pouvez investir sereinement dans les cryptos comme dans les actions ou même sur les ETF, en bénéficiant de la sécurité d’une plateforme auditée et régulée en France. Du 6 au 13 février, vous pouvez tenter de remporter 2000€ en BTC en achetant 210€ de cryptos !

Lien commercial

L’article ETF Bitcoin de BlackRock et Fidelity : le meilleur départ d’ETF depuis 30 ans ! est apparu en premier sur Journal du Coin.

Hong Kong : même les ventes de gré à gré (OTC) devront se conformer aux règles AML

https://journalducoin.com/defi/hong-kong-meme-ventes-gre-a-gre-otc-devront-conformer-regles-aml/

Tous à la même enseigne ? La région administrative spéciale chinoise de Hong Kong fait partie des plus avancée en matière de législation des cryptos. Mais est-ce que cette régulation, qui a le mérite d’exister et d’être claire, ne va-t-elle pas devenir trop envahissante ? Les autorités hongkongaises envisagent en effet de soumettre les transactions de gré à gré (OTC) au même niveau d’obligations réglementaires que via bourse d’échange en matière de lutte contre le blanchiment d’argent (AML) et le financement du terrorisme (CTL).

Les mêmes règles anti-blanchiment pour tous à Hong Kong ?

Ce 8 février 2024, le Financial Services and the Treasury Bureau (FSTB) de Hong Kong a publié une consultation publique sur des propositions législatives qui ont pour objectifs de réglementer les échanges de gré à gré (over-the-counter, ou OTC) des crypto-actifs.

Cette proposition de loi propose notamment d’inclure ces échanges de gré à gré dans la juridiction hongkongaise existante de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme (appelée AMLO).

Heureusement, cette régulation ne couvrirait pas les échanges OTC de crypto à crypto, mais concernerait seulement ce type d’échange de gré à gré entre crypto et monnaie fiduciaire. Ceux qui proposent ce genre d’échange devraient alors se conformer aux mêmes règles qui s’appliquent déjà aux prestataires de services sur actifs numériques.

Car si Hong Kong possède une réglementation claire sur les cryptomonnaies, ce n’est pas pourtant que les autorités sont laxistes, et ne tombent pas à bras raccourcis sur tous les acteurs qui s’écarteraient de ces règles. Certaines plateformes cryptos malveillantes en ont fait les frais il y a quelques mois encore.

L’article Hong Kong : même les ventes de gré à gré (OTC) devront se conformer aux règles AML est apparu en premier sur Journal du Coin.

Bitcoin est le chouchou des tendances 2024 des titans de Wall Street

https://journalducoin.com/bitcoin/bitcoin-chouchou-tendances-2024-titans-wall-street/

Après le rude hiver crypto de 2022, l’année 2023 a été exceptionnelle pour Bitcoin (BTC). Pourtant, 2024 pourrait s’avérer encore plus dans la démesure haussière. En tout cas, c’est la tendance générale qui se dégage dans les analyses et orientations stratégiques des plus grands gestionnaires d’actifs et de fonds consacrés aux richissimes investisseurs institutionnels. Ces titans de la finance n’ont que Bitcoin à la bouche.

14 grands acteurs financiers minutieusement passés au crible

Remercions d’abord l’analyste crypto Miles Deutscher (@milesdeutscher) qui détaille sur le réseau X son analyse des rapports de pas moins de 14 géants de la gestion de fonds/actifs. Qu’il s’agisse d’acteurs de la finance traditionnelle, ou d’acteurs du secteur des cryptomonnaies, tous semblent très enthousiastes pour… Bitcoin en premier lieu, et plusieurs crypto-actifs prometteurs en seconde place.

Côté crypto, le groupe de la crypto-bourse Coinbase voit par exemple des investisseurs institutionnels se concentrer sur Bitcoin aux premier et deuxième trimestres 2024, grâce à des « catalyseurs forts » comme la récente approbation des ETF BTC au comptant, et le processus de halving prévu pour avril prochain, qui réduira les récompenses de bloc aux mineurs de 6,25 à 3,125 BTC.

Pour VanEck, dont l’ETF spot de Bitcoin a justement été (enfin !) validé le 10 janvier dernier, les cours de Bitcoin devraient atteindre un nouvel ATH (plus haut historique) le « 9 novembre 2024, très exactement 3 ans après le précédent », qui avait amené le BTC près des 69 000 dollars. Le gestionnaire de fonds pense également que le réseau blockchain Solana (SOL) pourrait prendre des parts de marché à Ethereum (ETH) au cours de 2024.

Banquiers et grands fonds institutionnels voient Bitcoin grimper de plus belle

Du côté de la finance classique, c’est le même constat optimiste pour Bitcoin et le secteur des actifs numériques en général. Le géant de la gestion d’actifs Fidelitydont l’ETF Bitcoin au comptant cartonne avec celui de BlackRock – voit aussi un bull market (marché haussier) pour les cryptos pour 3 raisons principales. En plus de l’approbation des ETF et du halving de Bitcoin déjà mentionnés ci-dessus, les taux directeurs de la Réserve fédérale (la Fed) pourrait jouer en la faveur du roi des cryptos.

En effet, quand ces taux de la banque centrale baissent, les cours du BTC ont, eux, tendance à grimper en flèche (voir graphique ci-dessous). Et justement, 2024 devrait revoir un début de baisse de ces taux directeurs.

Bitcoin augmente quand les taux de la Réserve fédérale US baissent.
Taux directeurs de la Fed (en blanc) et cours de Bitcoin en dollars (en vert) – Compte X @milesdeutscher

Un marché haussier des cryptos jusqu’en mai/juin 2025 ?

Si nous n’allons pas évoquer la totalité des 14 rapports décortiqués par Miles Deutscher, finissons sur l’analyse de tendances 2024 de Bitcoin Suisse AG, un fournisseur helvète de services cryptos de niveau institutionnel. Pour ce dernier, 2024 n’est que le tout début du marché haussier, avec la mi-2025 comme pic/sommet de cycle.

Bitcoin Suisse pense ainsi que la capitalisation totale du marché des cryptomonnaies pourrait atteindre les 15 à 20 000 milliards de dollars d’ici à ce pic, et 5 000 milliards dès fin 2024 (cette capitalisation totale est de 1800 milliards à cet instant).

Bitcoin et les cryptos serraient partis pour un an et demi de hausse folle ?
L’actuel cycle haussier des cryptos connaîtrait son apogée que vers la moitié de 2025 selon Bitcoin Suisse (échelle logarithmique) – Compte X @milesdeutscher

Récemment, Larry Fink, le grand patron du géant BlackRock, a, lui aussi, encensé Bitcoin en considérant que l’invention de Satoshi Nakamoto pourrait s’avérer une protection encore meilleure que l’or, reconnu comme une réserve de valeur depuis des siècles. Un ensemble de tendances qui pourrait faire flamber le marché crypto ? L’avenir nous le dira.

Grâce à Bitpanda, vous pouvez investir sereinement dans les cryptos comme dans les actions ou même sur les ETF, en bénéficiant de la sécurité d’une plateforme auditée et régulée en France. Du 6 au 13 février, vous pouvez tenter de remporter 2000€ en BTC en achetant 210€ de cryptos !

Lien commercial

L’article Bitcoin est le chouchou des tendances 2024 des titans de Wall Street est apparu en premier sur Journal du Coin.