Cryptomonnaies en 2023 : ce rapport décode les investisseurs crypto

https://journalducoin.com/actualites/decodage-activite-crypto-2023-rapport-flipside/

Flipside Crypto est une plateforme d’analyse de données on-chain fondée en 2017. La plateforme vient de publier un rapport baptisé « The Onchain Crypto User Report ». Ce rapport offre un aperçu et une analyse de l’activité on-chain des utilisateurs crypto en 2023. Retour sur les principales conclusions de ce rapport.

Un maximum de 62 millions d’utilisateurs cryptos en 2023

Le nombre d’utilisateurs est un indicateur majeur pour mesurer le niveau d’adoption de la crypto et la croissance du secteur. Flipside a recensé le nombre d’utilisateurs acquis en 2023 sur les 8 blockchains suivantes :

  • Bitcoin
  • Ethereum
  • Solana
  • Avalanche
  • Polygon
  • Arbitrum
  • Optimism
  • Base

Un utilisateur est considéré comme « acquis » s’il a effectué au moins deux transactions sur une certaine blockchain, la deuxième ayant été faite en 2023. Au total, les 8 blockchains ont cumulé 62 millions d’utilisateurs en 2023. Le pic du volume d’utilisateurs a été atteint en mai, avec plus de 5,8 millions de nouveaux utilisateurs enregistrés ce mois-ci.

Si l’on regarde les résultats par blockchain, on constate que la blockchain numéro un, Bitcoin, n’arrive pas en tête. En effet, c’est Ethereum qui signe la meilleure performance en termes d’utilisateurs avec un total de 15,4 millions d’utilisateurs en 2023. Polygon suit de près avec 15,2 millions. Bitcoin arrive à la troisième place avec 10,6 millions d’utilisateurs.

Sur la plupart des blockchains, le nombre de nouveaux utilisateurs a atteint un pic vers le mois de mai avant de redescendre, puis de se rétablir en fin d’année.

Voici les points essentiels à retenir concernant le nombre d’utilisateurs cryptos en 2023 :

  • Le record du nombre d’utilisateurs acquis en un seul mois est décroché par Polygon, avec 2 millions de nouveaux utilisateurs en janvier 2023.
  • Le nombre d’utilisateurs sur Avalanche a atteint un pic en mai. Cela correspond à la période de lancement sur son réseau de EUROC, le nouveau stablecoin de Circle. Toutefois, les résultats d’Avalanche restent bas par rapport aux autres blockchains.
  • Arbitrum a également eu une dynamique positive suite au lancement de son token ARB en mars.

Les « super » utilisateurs 2023 privilégient la DeFi et les layers 2

Le rapport de Flipside analyse ensuite l’activité des « super » utilisateurs de 2023 dans les secteurs de la DeFi (Finance Décentralisée) et des NFT. Un super utilisateur est un utilisateur crypto qui totalise plus de 100 transactions sur une même blockchain au cours de sa vie.

Les résultats montrent que les super utilisateurs sont plus actifs dans la DeFi que dans le secteur des NFT. Ils ont principalement effectué des échanges sur des DEX (exchanges décentralisés). Sans surprise, la majorité de ces swaps ont eu lieu sur Ethereum, suivi d’assez près des réseaux Polygon et Solana (respectivement 634 000, 510 000 et 498 000 super utilisateurs).

Du côté des NFT, les super utilisateurs ont majoritairement privilégié l’achat plutôt que la vente. Si on regarde de plus près, une tendance semble se dégager lorsqu’on distingue les layers 1 et les layers 2. Sur les réseaux layers 2, les super utilisateurs ont principalement acheté des NFT. En revanche, la plupart des layers 1 (dont Ethereum et Solana) ont enregistré plus de ventes que d’achat de NFT. 

activité des super utilisateur en 2023

On peut donc conclure que les super utilisateurs choisissent de vendre leurs NFT sur les L1 et d’en acheter sur des L2. Si on considère la guerre des frais de gas, il n’est pas surprenant que les utilisateurs les plus expérimentés déplacent leurs activités NFT sur les layers 2.

Les dApps encore dominées par quelques leaders

En 2023, de nombreuses applications décentralisées (dApp) ont vu le jour, notamment des DEX et des marketplaces NFT. Cependant, le marché reste très concentré sur quelques plateformes, notamment Uniswap et OpenSea.

Chaque réseau est largement dominé par un seul DEX. La plupart du temps, ce DEX dominant compte plus de deux fois plus d’utilisateurs que son plus grand concurrent. L’écart est plus serré uniquement sur Polygon, où les deux plus grands DEX n’ont que 18 % d’écart en termes de nombre d’utilisateurs.

Le rapport analyse ensuite l’activité des super utilisateurs par rapport aux autres utilisateurs de 2023. Les deux groupes choisissent les mêmes marketplaces NFT et le même DEX numéro sur chaque réseau. En revanche, des divergences apparaissent sur les deuxième et troisième choix de DEX.

Une compatibilité EVM encore sous-exploitée

Sur les 8 réseaux examinés dans ce rapport, seules les blockchains Bitcoin et Solana ne sont pas compatibles avec l’EVM. L’Ethereum Virtual Machine (EVM) est un programme qui sert à exécuter les smart contracts et les dApps sur le réseau Ethereum. Une blockchain est dite « compatible avec l’EVM » si elle est capable de faire fonctionner l’EVM. Grâce à l’EVM, les blockchains compatibles peuvent interagir entre elles et exécuter des dApps multi-chains.

Analyser l’activité multi-chain permet donc de mesurer l’impact de l’interopérabilité offerte par les blockchains compatibles EVM. Or, le rapport révèle que l’écrasante majorité (87 %) des adresses qui ont interagi avec une blockchain EVM en 2023 n’ont utilisé qu’un seul réseau

les adresses utilisant plusieurs blockchains

On constate un taux plus élevé d’activité cross-chain si l’on se concentre sur les transactions liées à la DeFi. En effet, “seules” 72,5 % des utilisateurs EVM ont fait tous leurs swaps DeFi sur une seule blockchain. Cela peut s’expliquer par le fait que les protocoles DeFi encouragent les interactions sur plusieurs chaînes en offrant des avantages supplémentaires, comme des plus hauts rendements ou des distributions rétroactives de tokens.

De plus, les utilisateurs cross-chain sur les blockchains EVM sont particulièrement actifs sur les blockchains layer 2, en particulier Polygon, Optimism et Arbitrum. Ethereum ne monopolise donc pas l’activité cross-chain sur les blockchains compatibles, ce qui est de bon augure pour un avenir plus multi-chain.

Cryptomonnaies : Quelques prédictions pour 2024 et au-delà

Les données rassemblées dans ce rapport ont permis à Flipside d’évoquer quelques prédictions pour l’avenir de la crypto. Tout d’abord, on s’attend à ce que la DeFi soit le principal moteur du prochain bull run.

De plus, les layers 2 à faible coût devraient booster l’adoption de l’EVM. Les blockchains Layer 2 compatibles avec l’EVM offrent des alternatives à l’Ethereum en réduisant les coûts. Cela devrait accélérer l’adoption des blockchains EVM.

Par ailleurs, les utilisateurs du web3 semblent s’orienter vers une activité multi-chain. Lors du dernier bull run, les compatibilités entre blockchains étaient quasiment inexistantes. Maintenant que les possibilités multi-chains se multiplient, l’activité crypto va devenir plus flexible et plus mobile, pour tirer profit des opportunités offertes par davantage de blockchains.

Grâce à Bitpanda, vous pouvez investir sereinement dans les cryptos comme dans les actions ou même sur les ETF, en bénéficiant de la sécurité d’une plateforme auditée et régulée en France. Du 6 au 13 février, vous pouvez tenter de remporter 2000€ en BTC en achetant 210€ de cryptos !

Lien commercial

L’article Cryptomonnaies en 2023 : ce rapport décode les investisseurs crypto est apparu en premier sur Journal du Coin.

ETF Bitcoin : retour sur le nouvel amour de ce géant bancaire

https://journalducoin.com/bitcoin/bitcoin-nouvel-amour-franklin-templeton/

Le bitcoin fait rajeunir le (vieux) gestionnaire d’actifs Franklin Templeton – La vague des ETF Bitcoin s’est emparée du marché crypto depuis deux semaines. Avec plusieurs demandes d’ETF approuvées, le robinet de bitcoins est désormais ouvert pour la finance traditionnelle !

Si la firme BlackRock fait office « d’homme à abattre » dans la lutte aux ETF Bitcoin, ce n’est pas forcément la firme qui fait le plus de “bruit” sur X à ce sujet ! Depuis quelques jours, le compte X de l’entreprise Franklin Templeton est très actif. Retour sur Franklin Templeton et son offre d’ETF Bitcoin.

Qu’est-ce que Franklin Templeton ?

Si le nom de Blackrock est plutôt connu, celui de Franklin Templeton l’est beaucoup moins. À première vue, ce nom vous fait peut-être penser au scientifique américain du 18ème siècle Benjamin Franklin. Bien vu ! Un peu d’historique s’impose…

Franklin Templeton est le nom d’une firme américaine spécialisée depuis 75 ans dans la gestion d’actifs financiers. L’entreprise a été créée en 1947 par Rupert Harris Johnson Sr. Il a nommé l’entreprise Franklin Custodian Funds en référence au mathématicien Benjamin Franklin. 

Avançons de quelques décennies, jusqu’en octobre 1992, date à laquelle la firme Franklin Custodian Funds achète l’entreprise Templeton, Galbraith & Hansberger Ltd. Forte de cette acquisition, l’entreprise devient alors Franklin Templeton. La boucle est bouclée ! D’ailleurs, pour renforcer encore plus la filiation, le sigle de l’entreprise est ni plus ni moins que la tête de Benjamin Franklin !
À l’heure actuelle, Franklin Templeton fait partie des plus grands gestionnaires d’actifs au monde, au même titre que BlackRock. D’après le site internet de la firme, Franklin Templeton gère ainsi plus de 1,6 billion de dollars d’actifs, soit 1 600 milliards de dollars…

Franklin Templeton lance son ETF Bitcoin en grande pompe

Ce géant de la finance s’est montré très loquace dernièrement, suite à l’approbation de son ETF Bitcoin dont le symbole est EZBC.

L’ETF Bitcoin de Franklin Templeton

L’ETF Bitcoin de Franklin Templeton fait partie des quelques ETF qui ont été acceptés par la SEC le 10 janvier 2024. La demande avait été déposée auprès du régulateur par l’entreprise le 12 septembre 2023.  

Pour rappel, la demande puis l’approbation des ETF Bitcoin est un jalon important franchi par l’industrie crypto. Les effets sont potentiellement énormes pour le marché crypto, même si des voix s’élèvent également pour mettre en lumière certains risques

Depuis l’arrivée des ETF Bitcoin, on assiste à une rude concurrence entre les différents gestionnaires d’actifs. Chacun essaie ainsi de mettre en lumière son produit et explique pourquoi son ETF est meilleur que les autres. Pour Franklin Templeton, cela passe donc par les réseaux sociaux comme X (anciennement Twitter) afin de toucher un public jeune et peu au fait des ETF BTC. Comme vous le verrez ci-dessous, la firme n’hésite d’ailleurs pas à “rajeunir” sa communication !

En parallèle, la bataille entre ces poids lourds de la finance se joue aussi au niveau des frais associés aux ETF BTC. Avant même l’officialisation des premières demandes ETF BTC, certaines firmes ont décidé de réduire leurs frais. Cela a été le cas de Franklin Templeton qui a diminué le pourcentage de frais de 0,29 % à 0,19 %. Pour attirer encore plus les investisseurs, les frais sont même nuls jusqu’au 2 août 2024 ou jusqu’à ce que le fonds atteigne un actif sous gestion (AUM) de 10 milliards de dollars. 

À l’heure actuelle, les frais liés aux ETF affichés par les différentes firmes varient de 0,19 % à 1,5 % ! Dans cette guéguerre de pourcentage, Franklin Templeton est donc le gestionnaire d’actifs qui propose les frais les plus faibles et Grayscale les frais les plus importants ! Une stratégie gagnante pour Franklin Templeton ? Pas sûr ! Pour le PDG de Grayscale par exemple, « réduire les frais pour attirer plus de monde » n’est pas une démarche qui a de quoi construire un lien de confiance avec les investisseurs. Pour lui, certains ETF approuvés disparaîtront à plus ou moins long terme et la préférence des investisseurs se fera sur l’expérience de l’entreprise en matière d’ETF. Vous l’aurez compris, la bataille ne fait donc que commencer !

« Les investisseurs accordent une grande importance à des éléments tels que la liquidité, l’expérience et l’identité de l’émetteur réel derrière le produit. Grayscale est un spécialiste de la cryptomonnaie. Et cela a vraiment ouvert la voie à la commercialisation d’un grand nombre de produits. »

Michael Sonnenshein, PDG de Grayscale

Le compte X de Franklin Templeton en feu !

La firme Franklin Templeton a particulièrement misé sur son compte officiel X pour faire de la publicité sur sa nouvelle offre d’ETF Bitcoin. Dans une interview avec Coindesk, Sandy Kaul, responsable de stratégie pour les actifs digitaux chez Franklin Templeton, a ainsi indiqué que l’équipe marketing s’est plutôt “fait plaisir” ces derniers jours ! 

En effet, la firme a multiplié les symboles, les références et les tweets sur X ! Sur les 6 derniers jours, ce sont une vingtaine de tweets qui ont été publiés par la firme américaine, dont beaucoup l’ont été le 17 janvier 2024 ! Les tweets font feu de tout bois, vantant tantôt l’ETF Bitcoin, mais aussi le Bitcoin, l’Ethereum, le Solana !

Vous trouverez ci-dessous un florilège de quelques messages clés postés :

  • « Un centime économisé est un satoshi gagné” » – Tweet du 17/01/2024 à 00h25
  • « Nous pensons qu’à mesure que les frais et les performances des blockchains s’améliorent, les cas d’utilisation potentiels débloqués augmenteront de façon exponentielle. On ne saurait trop insister sur l’amélioration de l’économie et de l’expérience pour l’utilisateur final. » – Tweet du 17/01/2024 à 21h45
  • « Nous sommes enthousiasmés par l’ETH et son écosystème. Malgré la crise de la quarantaine qu’il a récemment connue, nous entrevoyons un avenir brillant avec de nombreux vents favorables qui vont faire progresser l’écosystème Ethereum. » – Tweet du 17/01/2024 à 21h19
  • « La crypto améliore la façon dont nous interagissons les uns avec les autres financièrement, tout comme Internet l’a fait avec l’information. Nous avons l’intention de participer et de diriger le développement de cet avenir en investissant et en construisant. » – Tweet du 17/0172024 à 20h39
  • « Pendant trop longtemps, la plupart des investisseurs individuels ont été exclus de l’immobilier commercial privé. Plus maintenant. » – Tweet du 16/01/2024 à 15h35

En plus de ces tweets au caractère marketing très prononcé, la firme s’est également essayée à l’humour… et continue depuis maintenant un mois de crier son amour pour Bitcoin.

Le bitcoin, de quoi faire briller les yeux de Benjamin ?

Les équipes marketing ont décidé de modifier la photo de profil du compte X de Franklin Templeton ! À l’heure actuelle, vous constaterez qu’elle représente toujours le buste de Benjamin Franklin. Par contre, vous noterez une particularité au niveau de ses yeux avec la présence de deux lasers (“laser eyes”) ! 

Comment interpréter ce nouveau logo ? Comme l’explique Sandy Kaul, il s’agissait de remplacer “l’image rétro de Benjamin Franklin”. L’objectif pour les équipes en charge des réseaux sociaux est de montrer combien la firme “comprend, croie et soutient l’avenir du Bitcoin” ! 

La firme a d’ailleurs joué sur ce nouveau logo dans son tweet du 17 janvier 2024 en interpellant directement les internautes et proposant même un jeu : « Vous ne savez pas quoi penser de Ben aux yeux lasers ? Alors, imaginez plutôt Ben avec un chapeau »

Certes, il y a des chances pour que vos amis soient gênés si vous rigolez un peu trop en racontant cette “boutade Twitter” au potentiel humour tout de même limité… Mais pour un gestionnaire d’actif traditionnel pesant plusieurs milliards de dollars, il faut savoir souligner ce brin de légèreté qui traduit aussi et surtout un engouement pour un actif comme le bitcoin, longtemps ostracisé !

Tous les réseaux sociaux ont construit leur succès et leur fortune sur la revente des données privées des utilisateurs. Republike veut proposer un modèle décentralisé et centré sur l’intérêt supérieur de l’utilisateur. et réellement respectueux de la vie privée

Lien commercial

L’article ETF Bitcoin : retour sur le nouvel amour de ce géant bancaire est apparu en premier sur Journal du Coin.

ETF Bitcoin au comptant : Retour sur plusieurs mois de guerre contre la SEC

https://journalducoin.com/bitcoin/etf-bitcoin-comptant-plusieurs-mois-guerre-sec/

La SEC… mise échec et mat par le Bitcoin. L’actu crypto de ces derniers jours s’est centrée sur les ETF Bitcoin. Après des mois de spéculations, les premiers ETF Bitcoin spot ont été approuvés le 10 janvier 2024 ! L’occasion de revenir dans cet article sur la genèse d’une histoire crypto qui fera date.

Un ETF Bitcoin, c’est quoi ?

Qu’est-ce qu’un ETF en finance ?

Commençons par le commencement, qu’est-ce qu’un ETF Bitcoin ? ETF est un acronyme anglais qui signifie “Exchange Traded Funds”. En français, on pourrait traduire ETF par “Fonds négociés en bourse”. Il s’agit d’un produit financier très connu dans la finance traditionnelle puisqu’il est utilisé depuis les années 90. À l’heure actuelle, on estime que les ETF représentent un montant investi de 7,86 trillions de dollars !

Le principe général à retenir est qu’un ETF reproduit le cours d’un actif sous-jacent. Cet actif sous-jacent peut être une (ou plusieurs) matière(s) première(s), un indice boursier, un bouquet d’actions, etc. Par exemple, l’ETF EURO STOXX 50 suit la tendance de l’indice EURO STOXX 50 qui regroupe 50 actions d’entreprises de la zone euro considérées comme des Blue chips dans leur domaine.

L’ETF peut répliquer les cours d’un actif sous-jacent de deux manières. D’une part, il y a la “réplication physique”. Dans ce cas, il détient exactement les mêmes titres que l’actif sous-jacent. La réplication peut être complète ou partielle selon que la pondération des actions est similaire ou pas à l’actif sous-jacent. 

Mais un ETF peut aussi faire une réplication dite “synthétique”. Un ETF synthétique va chercher à reproduire le cours d’un actif sous-jacent sans le détenir. Prenons l’exemple de l’indice FTSE 100. L’ETF synthétique correspondant aura les mêmes performances, mais ne détiendra aucun des titres de l’indice FTSE 100. Pour reproduire le cours de l’indice, l’ETF aura recours à d’autres produits dérivés comme les swaps, les contrats à terme (futures), etc.

Que la réplication soit physique ou synthétique, cela ne change rien du point de vue de l’investisseur. En effet, son investissement consiste “simplement” à acheter l’ETF en espérant qu’il réalise de belles performances afin de gagner de l’argent. 

Les ETF Bitcoin 

Sur la base de ce qui précède, on comprend qu’un ETF Bitcoin va donc reproduire le cours du Bitcoin. L’investisseur qui achète un ETF Bitcoin cherche donc à profiter de la volatilité du Bitcoin sans pour autant devoir en acheter

Pour le Bitcoin, il existe depuis plusieurs mois des ETF Bitcoin Futures. Il s’agit d’ETF qui investissent sur le Bitcoin via des contrats à terme (aussi appelés Futures) comme les ETF synthétiques présentés ci-dessus. Par exemple, il existe les ETF Bitcoin Futures suivants :

  • VanEck Bitcoin Strategy (XBTF) disponible sur le Chicago Mercantile Exchange (CME) ;
  • Valkyrie Bitcoin Futures Strategy (BTF) listé au Nasdaq ;
  • ProShares Bitcoin Strategy (BITO) coté au New York Stock Exchange (NYSE).

Par contre, pour les ETF Bitcoin spot (ou au comptant), il s’agit d’une autre paire de manches ! En effet, pour cette catégorie d’ETF, la SEC a longtemps fait tout son possible pour retarder son approbation

Ils sont des produits similaires aux ETF physiques présentés ci-dessus, qui investissent directement dans le Bitcoin. En 2023, de nombreuses demandes d’ETF Bitcoin spot ont été faites comme :

  • ARK 21Shares Bitcoin (ARKB) le 15 mars 2023 par 21Shares & ARK ;
  • iShares Bitcoin Trust le 19 juillet 2023 par BlackRock ;
  • Bitwise Bitcoin ETP le 18 juillet 2023 par Bitwise ;
  • VanEck Bitcoin Trust le 19 juillet 2023 par VanEck ;
  • Wisdomtree Bitcoin Trust (BTCW) le 19 juillet 2023 par Wisdomtree ;
  • Invesco Galaxy Bitcoin ETF le 19 juillet 2023 par Invesco & Galaxy ;
  • Wise Origin Bitcoin Trust le 19 juillet 2023 par Fidelity ;
  • Valkyrie Bitcoin Fund (BRRR) le 21 juillet 2023 par Valkyrie ;
  • GlobalX Bitcoin Trust le 23 août 2023 par Global X ;
  • Hashdex Bitcoin ETF le 25 août 2023 par Hashdex ;
  • Franklin Templeton Bitcoin ETF le 26 septembre 2023 par Franklin Templeton.

Si certains noms sont peu connus, en revanche d’autres ont certainement retenu votre attention dans cette liste, comme Fidelity ou encore BlackRock… Vous commencez à comprendre pourquoi notre sujet du jour fait beaucoup parler de lui…

La voie vers une adoption crypto de masse ?

Les ETF Bitcoin spot étaient très attendus. Pourquoi ? D’une part, ils permettent d’établir une passerelle entre des acteurs de premier plan de la finance traditionnelle (comme BlackRock par exemple) et le Bitcoin. Longtemps ostracisée, la cryptomonnaie est désormais un marché qui a gagné en crédibilité, comme le prouve la ruée vers les dépôts d’ETF Bitcoin spot.

« Nous pensons que l’approbation de la SEC, si nous et d’autres l’obtenions, serait un feu vert pour les institutions. Nous parlons d’un bon nombre d’entre eux, et ils se montrent d’autant plus intéressés maintenant que la SEC est en passe d’ouvrir effectivement la voie. »

Cathie Wood, PDG d’Ark Invest

Pour les utilisateurs, l’arrivée des ETF Bitcoin spot est une opportunité pour investir en crypto. Pour le moment, le seul moyen d’investir en crypto est d’acheter des coins sur une plateforme (broker, exchange), puis de gérer leur stockage sur un wallet. Si ce processus n’est pas très compliqué, il représente toutefois un frein pour une bonne partie des investisseurs, frileux à l’idée d’utiliser une plateforme d’échange crypto. Les investisseurs peuvent désormais profiter de la volatilité du Bitcoin via une “boîte noire” appelée ETF qui est gérée par un gestionnaire d’actif connu et reconnu comme BlackRock par exemple.

Concrètement, cela signifie que les gestionnaires d’actifs comme BlackRock vont acheter des bitcoins pour leur ETF. Au moment de la rédaction de cet article, BlackRock détient ainsi 2 620 BTC soit plus de 110 millions d’euros pour leur EFT Bitcoin. 

La demande en Bitcoin va augmenter fortement pour une offre qui reste, elle, limitée. Cela devrait donc stimuler le cours du Bitcoin vers le haut. De plus, hasard du calendrier, l’officialisation des premiers ETF bitcoins intervient quelques mois à peine avant l’arrivée du halving Bitcoin… 

Enfin, l’approbation récente est aussi une victoire « morale » pour la crypto, pourquoi ?

Le bras de fer perdu par la SEC

Si vous suivez l’actu crypto, vous savez alors que le sujet a fait la une en 2023. La raison ? La SEC, le gendarme financier américain, a fait des pieds et des mains pour bloquer leur approbation

Connue pour ses positions anti-crypto, la SEC voyait d’un mauvais œil l’arrivée de ces nouveaux produits qui ne pourraient que renforcer l’adoption de la crypto par les investisseurs. Il y a encore quelques jours à peine, le controversé président de la SEC, Gary Gensler, postait sur X pour mettre en garde contre les risques liés à la crypto. Depuis le dépôt des premières demandes d’ETF à l’été 2023, la SEC n’a eu de cesse de reporter sa décision en ajoutant parfois même des procédures supplémentaires.

Finalement, le 10 janvier 2024, la SEC a rendu les armes et a approuvé les ETF Bitcoin spot émis par : BlackRock, Ark Invest & 21Shares, VanEck, Fidelity, Invesco & Galaxy, Valkyrie, Hashdex, Franklin Templeton, WisdomTree, Bitwise et Grayscale. Ironie de l’histoire, cette approbation intervient 15 ans jour pour jour après qu’un certain Hal Finney devienne la première personne à faire tourner un nœud Bitcoin… 

La SEC a fini l’année 2023 avec la gueule de bois, ayant encaissé plusieurs défaites retentissantes face à Ripple ou Grayscale. Malheureusement (pour la SEC), l’année 2024 débute donc sous la forme d’un uppercut

Sans surprise, le marché crypto a réagi en fanfare à cette annonce ! Le prix du BTC a ainsi franchi (brièvement) la barre des 44 000 €. Mais la plus grande surprise est venue de la part des altcoins, avec notamment Ethereum et Ethereum Classic qui ont atteint un prix respectivement de 2 450 € et 29,5 €. Avec l’arrivée des ETF ETH spot et le halving Bitcoin en point de mire, les cours cryptos n’ont pas fini de monter ! En attendant, respectons une minute de silence pour la SEC… 

Grâce à Bitpanda, vous pouvez investir sereinement dans les cryptos comme dans les actions ou même sur les ETF, en bénéficiant de la sécurité d’une plateforme auditée et régulée en France

Lien commercial

L’article ETF Bitcoin au comptant : Retour sur plusieurs mois de guerre contre la SEC est apparu en premier sur Journal du Coin.

Rapport Messari : Blockchains, régulation, exchanges… la rétrospective crypto de 2023

https://journalducoin.com/actualites/rapport-messari-blockchains-regulation-exchanges-retrospective-2023/

2023, une année crypto friendly. Comme chaque nouvelle année, les entreprises cryptos publient leur rapport pour faire un bilan sur l’année écoulée. Dans cet article, nous vous présentons le résumé du rapport produit par la firme Messari. Ce rapport présente le point de vue de Messari sur certains évènements cryptos. S’il ne constitue pas l’unique vérité, c’est un document de référence qui permet de tracer quelques faits cryptos marquants de 2023 et de donner des perspectives sur 2024.

Le marché des blockchains

D’après le rapport Messari, l’heure est désormais à la « compatibilité et l’interopérabilité entre les blockchains » [qui] sont devenues plus importantes que l’évolution individuelle des différents réseaux. De plus, la modularité est également devenue un enjeu très important. Dorénavant, avec les options disponibles sur le marché, il est possible de combiner différentes machines virtuelles sur les couches d’une blockchain. Cela est notamment possible avec l’arrivée en 2023 sur le marché de l’infrastructure blockchain modulaire Celestia et sa crypto TIA.

Du côté des blockchains traditionnelles, 2023 aura marqué la « renaissance » de Solana. Si la crypto SOL a explosé lors du bull run de 2021, son prix est très vite redescendu. En parallèle, le réseau a connu de nombreux soucis liés à sa sécurité. Pour certains, Solana était donc en mort clinique. Mais en 2023, les développeurs ont su revitaliser la blockchain en lançant de très nombreux produits et en apportant des corrections pour améliorer l’expérience utilisateur. Signe de son rétablissement, le rapport Messari indique que la machine virtuelle Solana (Sealevel) peut être considérée comme le « second système d’exploitation du secteur » derrière l’EVM (Ethereum Virtual Machine). Au-delà des différences techniques entre Solana et Ethereum, l’opposition est aussi et surtout philosophique, avec un Solana qui défend une vision monolithique et Ethereum une ambition modulaire.

La crypto et les régulations

Les régulations ont occupé un rôle de premier plan en 2023. En effet, que ce soit aux États-Unis ou en Europe, les firmes cryptos se sont confrontées à des régulateurs toujours plus pressants.

Europe : MiCA, une bonne chose pour la crypto ?

En Europe, l’année 2023 a été marquée par l’officialisation des réglementations MiCA qui porteront notamment sur les cryptos (plus particulièrement les utility tokens), les stablecoins euro et les DAO. En revanche, MiCA ne touchera ni aux NFT qui répondent strictement à la définition d’un jeton unique et non fongible, ni aux cryptoactifs considérés comme des instruments financiers. Enfin, l’une des grandes nouveautés portées par MiCA sera l’obligation pour les firmes proposant de l’échange crypto d’obtenir l’agrément PSAN (bientôt remplacé par PSCA). 

La réglementation MiCA est à double tranchant. D’un côté, elle répond à un besoin impérieux de cadrer davantage les activités. Par contre, comme le fait remarquer le rapport Messari, il y a le risque que MiCA freine l’innovation dans un secteur encore jeune. Alors que l’Europe accumule déjà des retards importants sur le secteur crypto, l’arrivée de MiCA pourrait pousser les investisseurs à aller s’installer ailleurs.

A quelle sauce la régulation mangera-t-elle les cryptomonnaies en 2024 ?

États-Unis : la SEC “à sec” dans ses arguments anti-cryptos

Du côté des États-Unis, la question des régulations cryptos s’est centrée essentiellement autour de la SEC (Securities & Exchange Commission). En 2023, la SEC a montré les dents à plusieurs reprises contre les acteurs cryptos comme Binance. Si le gendarme financier américain a connu un revers important dans son combat qui l’a opposé à Ripple ou encore à Grasyscale, cela n’a pas calmé ses ardeurs pour autant. La SEC a par exemple fait tout son possible pour freiner l’approbation (pourtant inéluctable) des ETF Bitcoin

Dans ce contexte, le rapport Messari indique que les élections américaines en 2024 auront un impact majeur sur l’avenir des cryptos outre-Atlantique. Une victoire des Républicains serait favorable à l’industrie crypto. Pour autant, compte tenu du système législatif américain, la capacité à trouver des consensus politiques est jugée nécessaire pour « la survie » de la crypto.

Les plateformes d’échanges cryptos en 2023

Après les aspects liés à la régulation, retour sur quelques enseignements majeurs tirés en 2023 sur les exchanges cryptos.

Les exchanges centralisés (CEX)

Le secteur des CEX est devenu très concurrentiel. S’il est dominé par Binance, derrière, la concurrence continue à grignoter des parts. Ainsi, en 2023, le grand gagnant parmi les CEX a été Coinbase ! Coinbase est ainsi le gestionnaire d’actifs qui a été choisi par la finance traditionnelle pour l’émission d’ETF spot. D’autre part, le leader Binance a connu une année compliquée, notamment avec ses démêlés avec la CFTC (Commodity Futures Trading Commission). Si l’exchange a trouvé un règlement à l’amiable, la note fut très salée avec le paiement d’une amende de 2,7 milliards de dollars et la démission de son PDG Changpeng Zhao. Le rapport Messari note également une progression importante des plateformes OKX et Kraken en 2023.

Coinbase

Les exchanges décentralisés (DEX)

Du côté de la finance décentralisée, la plateforme Uniswap (UNI) continue de dominer le secteur avec notamment le lancement de sa V4. Le rapport Messari mentionne aussi que la plateforme dYdX et sa V4 s’est imposée comme une « référence incontestable » en 2023 sur le secteur des exchanges avec effet de levier. Avec le lancement de sa V2, la plateforme GMX a également connu un succès important en 2023.

Le marché des NFT

Côté NFT, la situation est toujours précaire. Même si le marché se porte mieux en 2023, il reste encore très en retrait par rapport à ses sommets de 2021. Le rapport pointe du doigt un enthousiasme en forte baisse vis-à-vis des NFT.

Malgré cela, le rapport mentionne trois faits marquants au niveau du secteur des NFT :

  • La plateforme Blur qui devient le nouveau leader dans l’échange NFT et dépasse ainsi OpenSea.
  • Le lancement des Ordinals sur Bitcoin qui a changé la donne. Avec les Ordinals, le Bitcoin est désormais la blockchain numéro un en termes de volumes de ventes NFT. De plus, Les Ordinals ont ouvert la voie à d’autres types d’initiatives comme les tokens BRC-20, ce qui démultiplie l’utilité du Bitcoin.
  • L’introduction de l’ERC-6551 (ou “Token Bound Accounts”) qui permet désormais de posséder un NFT avec son propre wallet.

2023 a donc été une année positive pour la crypto qui a marqué une inflexion du marché. Comme mentionné dans le rapport Messari, l’année 2024 part donc sur de bonnes bases. Bull run crypto mis à part, l’actu crypto sera surtout influencée en 2024 par la situation politique aux États-Unis…

Pour vous, c’est décidé, vous dites « oui » aux cryptomonnaies ! Faites le plein de Bitcoin, d’Ether et autres tokens sur Binance, leader des exchanges et bénéficiez de 10 % de remise sur vos frais de trading.

Lien commercial

L’article Rapport Messari : Blockchains, régulation, exchanges… la rétrospective crypto de 2023 est apparu en premier sur Journal du Coin.

2024 : l’année de la réconciliation entre l’industrie crypto et les régulateurs ?

https://journalducoin.com/economie/2024-annee-reconciliation-entre-industrie-crypto-et-regulateurs/

L’année 2023 a été une guerre ouverte entre l’industrie crypto et les régulateurs. À quoi s’attendre pour 2024 ? Les bases semblent être posées pour un retour à la raison. 
Réconciliation, compromis et collaboration devraient être de mise en 2024 pour travailler à un intérêt commun : la mise en place d’un cadre réglementaire clair, efficace et protecteur pour l’industrie crypto.

2023 : l’année où les régulateurs se sont pris pour Zeus

En crypto comme dans d’autres domaines, ce sont les États-Unis qui ouvrent souvent la voie et imposent la tendance pour le reste du monde. L’industrie crypto entre dans le champ d’action de deux régulateurs américains majeurs : La SEC (Securities and Exchange Commission) et le CFTC (Commodity Futures Trading Commission). En 2023, ces deux acteurs se sont sentis tout-puissants et ont sorti leurs muscles. 

Une position anti-crypto assumée

En fait, la tendance anti-crypto a débuté avant cette année. Dès mars 2022, des voix anti-crypto se sont fait entendre dans un contexte d’invasion de l’Ukraine par la Russie. À l’époque, Jerome Powell, président de la Réserve Fédérale des États-Unis, souhaitait que le Congrès prenne des mesures sur « la finance numérique, y compris les cryptomonnaies ». Selon lui, le secteur crypto nécessitait plus de règles pour empêcher l’utilisation de ce type d’actifs par les terroristes et autres acteurs malveillants.

À partir de là, les déclarations officielles négatives à l’encontre des cryptomonnaies n’ont fait que se multiplier. Désormais, même les représentants des régulateurs y vont de leur petite phrase assassine, y compris dans des publications officielles. 

C’est, par exemple, le cas de Gary Gensler, le président de la SEC. Dans un discours retranscrit sur le site de la SEC, il s’est exprimé sur le marché crypto. Après avoir évoqué une « non-conformité généralisée », il a qualifié de « pas surprenant » de voir « de nombreux problèmes » sur ce marché. Au cas où le message ne serait pas clair, il a précisé : « Il s’agit d’un domaine où règnent la fraude, les escroqueries, les faillites et le blanchiment d’argent. ». Voilà, c’est dit !

 

Une croisade pour museler la crypto

Naturellement, l’aversion de Gary Gensler (et d’autres) envers la crypto s’est traduite en actions en 2023. À eux deux, la SEC et la CFTC ont mené pas moins de 200 « mesures d’application de la loi »  à l’encontre d’acteurs du secteur crypto en 2023.

La SEC affirme ainsi avoir épinglé de nombreuses « allégations de mauvaise conduite », notamment :

  • Des fraudes, comme celles organisées par les désormais célèbres Do Kwon (plateforme Terraform Labs) et Sam Bankman-Fried (exchange FTX) ;
  • Des offres de crypto-actifs non enregistrés, comme les programmes de prêt ou de staking de Genesis/Gemini, Celsius, Nexo et Kraken, ou encore les collections NFT Impact Theory LLC et Stoner Cats 2 LLC ;
  • Des plateformes et des intermédiaires non enregistrés, y compris des grands noms comme Binance ou Bittrex ;
  • La promotion illégale de célébrités et influenceurs comme Kim Kardashian, Paul Pierce ou encore Lindsay Lohan.

Certes, le besoin de régulation est réel et certaines actions de la SEC sont justifiées et nécessaires. Toutefois, le régulateur semble plus que disposé à jeter le bébé avec l’eau du bain. En effet, la SEC qualifie désormais de « security » tout ce qui ressemble de près ou de (très) loin à un titre financier. L’organisme cloue aussi au pilori Coinbase, le seul courtier crypto enregistré et coté en bourse aux États-Unis.

Le vent tourne pour les régulateurs « arbitraires et capricieux »

Malgré leur enthousiasme débordant, les régulateurs ont commencé à essuyer des revers en 2023. Les cas de Ripple et Grayscale ont particulièrement porté un coup à la SEC.

La SEC était en conflit avec Ripple depuis fin 2020. Le régulateur reprochait à la société de ne pas avoir enregistré son jeton XRP en tant que titre financier et accusait directement deux de ses dirigeants. Mais en juillet 2023, la justice a établi que XRP n’est pas un titre financier dans le cadre de la vente aux particuliers. Même s’il ne s’agit que d’une victoire partielle pour Ripple, cette décision a eu un fort impact. À tel point qu’en octobre, la SEC a battu en retraite en abandonnant les poursuites contre les dirigeants Garlinghouse et Larsen. 

La SEC s’acharnait aussi à rejeter la demande d’un ETF Bitcoin spot par Grayscale. En octobre 2023, la justice a finalement ordonné à la SEC d’annuler son rejet de la demande de Grayscale. La cour est allée jusqu’à qualifier l’attitude de la SEC dans cette affaire d’« arbitraire et capricieuse » !

Ces décisions ont sans doute quelque peu égratigné les certitudes de la SEC. D’ailleurs, le président Gary Gensler a clairement changé de discours. En avril, il estimait que « probablement seulement quelques » cryptos ne sont pas des titres financiers. En décembre, il déclarait : « Bien entendu, (…) tous les actifs crypto ne sont pas nécessairement proposés et vendus comme des titres. (…) Je me réjouis de travailler avec des projets cryptos et des intermédiaires qui souhaitent se conformer à la loi. »

Des compromis attendus en 2024

Après cette année haut en couleur du côté des régulations et des affaires judiciaires, 2024 devrait être propice à l’apaisement et aux compromis. Après tout, les régulateurs et les acteurs cryptos ont des intérêts communs.

De nombreux acteurs cryptos attendent un cadre réglementaire qui protège le secteur des acteurs frauduleux ou malveillants. Des affaires comme celle de FTX ont fait des ravages financiers et ont entamé la confiance des investisseurs, ralentissant ainsi l’adoption des cryptos.

En cette année d’élections américaines, il ne faut sans doute pas s’attendre à voir le Congrès passer une loi crypto complète. Mais les régulateurs pourraient abandonner leur stratégie de réglementation par la force et opter pour une collaboration intelligente avec l’industrie crypto.

La légitimité de propositions de loi émises par la SEC est déjà remise en question par de grands acteurs cryptos. Dans la perspective de nouveaux bras de fer juridiques et d’un éventuel changement d’administration, la SEC pourrait envisager de mettre de l’eau dans son vin.

De leur côté, les acteurs cryptos ont aussi tout intérêt à éviter la confrontation avec les régulateurs s’ils veulent élargir leurs offres. Des produits prometteurs comme la tokenisation des actifs du monde réel (RWA), le trading sur marge ou les contrats à terme perpétuels nécessitent le feu vert de la SEC et/ou de la CFTC.

Alors, les régulateurs et l’industrie crypto vont-ils se rabibocher en 2024 ? Les paris sont ouverts !

Pour vous, c’est décidé, vous dites « oui » aux cryptomonnaies ! Faites le plein de Bitcoin, d’Ether et autres tokens sur Binance, leader des exchanges et bénéficiez de 10 % de remise sur vos frais de trading.

Lien commercial

L’article 2024 : l’année de la réconciliation entre l’industrie crypto et les régulateurs ? est apparu en premier sur Journal du Coin.

Rétrospective crypto : retour sur un an d’actualité (Partie 2)

https://journalducoin.com/actualites/retrospective-crypto-retour-un-an-actualite-partie-2/

2023, une fin d’année crypto porteuse de nombreux espoirs. L’année 2023 (surtout son second semestre) a été plus beaucoup plus positive que 2022. Alors, que s’est-il passé en 2023 côté crypto ?

Vous avez aimé notre article sur le top 10 évènements crypto du premier semestre 2023 ? Alors, vous reprendrez bien du dessert avec ce top 10 des faits cryptos marquants du deuxième semestre 2023 !

Entrée en vigueur de la régulation européenne crypto MiCA

Si vous pensez aborder ce sujet autour du repas familial de fin d’année, sachez que vos parents pourraient croire que le chanteur Mika a quelque chose à voir avec la crypto. Mais il vaut mieux préciser tout de suite qu’ici, nous parlons de MiCA, l’acronyme anglais de « Markets in Crypto-Assets » (soit “Marchés des actifs cryptos” en français). Pour faire simple, MiCA est un règlement européen portant sur les cryptos

Longtemps discuté, ce cadre régulateur a finalement été voté en juin 2023 par les législateurs européens. Le résultat du vote a été de 517 pour, 30 contre et 18 abstentions. Ce vote a marqué une étape majeure, il a d’ailleurs été qualifié de “première mondiale” dans un tweet par le commissaire européen Mairead McGuinness. L’application de MiCA interviendra dès 2024. Nul doute qu’il sera au cœur de l’actu européenne crypto l’an prochain… 

Blackrock lance sa demande pour la création d’un ETF BTC

Un ETF est un produit financier qui permet d’investir sur un (ou plusieurs) actif(s) sans avoir à en acheter. L’annonce de la soumission d’une demande auprès de la SEC pour la création d’un ETF Bitcoin spot a donc tout de suite retenu l’attention de la cryptosphère. Un ETF Bitcoin va permettre à de nombreux investisseurs de miser sur le Bitcoin sans avoir à en acheter sur les exchanges. L’ETF peut donc être vu comme un point de rencontre entre la finance traditionnelle et la crypto. L’autre aspect marquant en juin 2023 est que cette demande provient d’un géant de la finance traditionnelle à savoir BlackRock

Depuis, d’autres établissements ont soumis une demande similaire. La SEC a freiné des quatre fers l’approbation de ces demandes, conscient que cela allait réaliser un appel d’air vers la crypto. Mais pour beaucoup d’analystes, l’approbation n’est plus qu’une question de temps. Si de nombreuses rumeurs ont circulé en 2023, il semble que l’ETF Bitcoin devienne une réalité en 2024, probablement dès janvier. Lorsqu’on voit l’effet des rumeurs sur le cours du Bitcoin, il y a fort à penser que l’officialisation du premier ETF BTC va booster le cours du Bitcoin et lancer un bull run majeur.

 

Forge (filiale de Société Générale) obtient son agrément PSAN 

On l’a compris, en 2023, la question des régulations est centrale. En Europe, avec l’avènement acté de MiCA, les acteurs cryptos savent désormais à quoi s’en tenir. Certains ont ainsi décidé de prendre les devants ; c’est le cas de Forge !

Forge est la filiale de la banque française Société Générale en charge des actifs numériques. Plus qu’un simple enregistrement, Forge a obtenu sa licence PSAN (prestataires de services sur actifs numériques) auprès de l’AMF le 19 juillet 2023

Pour rappel, la réglementation MiCA va obliger les fournisseurs de services cryptos à avoir une licence, processus relativement long et compliqué. Forge est devenu le premier acteur crypto français à obtenir ce Graal. Un beau coup réalisé par Forge ! Depuis, d’autres acteurs cryptos ont emboîté le pas à Forge et ont obtenu la licence PSAN.

SEC perd contre Ripple 

Restons dans l’univers juridique avec cette autre crypto. Pendant plusieurs mois, l’entreprise crypto Ripple (XRP) a été en conflit avec la SEC, le gendarme financier américain. L’argument principal de la SEC était de dire que la crypto XRP faisait partie de la catégorie des « securities » et se devait, à ce titre, d’être enregistrée. Cet argument a fait boule de neige et a rapidement amené la SEC à inquiéter d’autres cryptos. C’est dire si l’issue du procès entre Ripple et la SEC était donc attendu !

Le 19 juillet 2023, le juge en charge de l’affaire donnait tort à la SEC et mettait ainsi fin à une affaire qui remontait à décembre 2020 (dépôt de plainte de la SEC).

Lancement de Shibarium

Shibarium a été l’un des serpents de mer de 2023. Longtemps annoncé, il a su se faire attendre… Pour rappel, Shibarium est une solution qui fait partie de l’écosystème Shiba Inu. Plus précisément, Shibarium est une solution de deuxième couche associée avec la blockchain Ethereum. Le marché des layers 2 s’est beaucoup développé en 2023 face aux difficultés rencontrées par Ethereum.

Le 17 août 2023, la solution Shibarium a enfin été lancée ! Ce produit était très attendu par la SHIB army, mobilisée pour envoyer le jeton SHIB sur la lune ! Après un début un peu cata, Shibarium a finalement été remis sur pattes. Shibarium confirme la volonté annoncée des développeurs de sortir le Shiba Inu de sa case réductrice de mème coin en proposant un écosystème blockchain complet.

Cette entreprise organise des évènements autour d'un feu de joie brûlant des shiba inu (SHIB) afin d'augmenter leur prix.

 

Visa signe des partenariats pour des paiements cryptos

Face à l’émergence du marché crypto, les grands acteurs du paiement électronique ne sont pas restés de marbre. D’ailleurs, début septembre 2023, Visa a fait un pas significatif vers une adoption crypto. Lequel ? 

Le géant des paiements électroniques a bouclé un partenariat avec Worldplay et Nuvei. Il s’agit de deux réseaux qui regroupent des utilisateurs blockchains comme des plateformes NFT, des fournisseurs d’accès, etc. Ce partenariat va permettre à Visa de gérer des paiements en stablecoin. Pour ce faire, Visa a décidé de miser sur la blockchain Solana, réputée pour sa grande scalabilité.

Ces partenariats viennent confirmer la volonté de Visa de se positionner sur le secteur des cryptos. Dès 2021, Visa avait exploré la piste avec un premier partenariat avec l’exchange Crypto.com.

Début du procès de Sam Bankman-Fried, fondateur de FTX

Il y a des actus dont on se passerait bien. C’est par exemple le cas lorsqu’il s’agit d’un procès d’un acteur crypto majeur et peu scrupuleux comme Sam Bankman-Fried, alias SBF. Pour rappel, SBF est le fondateur de l’exchange FTX qui a fait faillite en novembre 2022.

Arrêté en décembre 2022, il a été placé en détention pour plusieurs chefs d’accusation, dont celui de fraude et de conspiration. Le procès tant attendu a débuté le 3 octobre 2023. Un mois plus tard, le procès a touché à sa fin et pour l’occasion, le JDC vous a d’ailleurs proposé de suivre les événements en direct. Le jeudi 2 novembre, le verdict tombe. Sans surprise, SBF est reconnu coupable pour les 7 chefs d’accusation qui pesaient contre lui.

Démission du PDG de l’exchange Binance

La situation de l’exchange Binance est venue assombrir cette fin d’année 2023 où la confiance avait repris le dessus avec les demandes d’ETF BTC en attente. Après plusieurs mois de conflit ouvert avec les régulateurs américains, une issue a enfin été trouvée.

Le 21 novembre 2023, Binance a ainsi annoncé le règlement d’une somme de 4,3 milliards de dollars, une « sortie complète » du marché américain et… la démission de son PDG, Changpeng Zhao. Un accord payé au prix fort qui va faire plonger Binance et son token natif BNB dans la tourmente pendant des semaines. 

Bitcoin atteint la barre des 44 000 $ 

Le cours du Bitcoin a connu plusieurs soubresauts en 2023, ce qui a conduit beaucoup d’analystes à envisager la fin du bear market. La plus grosse variation du prix du BTC s’est déroulée en fin d’année. 

Surfant sur les rumeurs autour des demandes d’ETF Bitcoin spot, le cours du Bitcoin a fortement augmenté début décembre 2023. Ainsi, le 5 décembre 2023, le prix du BTC a atteint son niveau maximum (sur 2023) avec un cours à 44 000 $. 

Certes, on est encore loin de son record historique (ATH) du 10 novembre 2021 avec un prix de 68 789 $. Pour autant, il s’agit tout de même d’une augmentation de 160 % depuis le début de l’année 2023. Une belle performance pour un actif que l’on disait mort il n’y pas si longtemps ! Au moment de la rédaction de cet article, le prix du Bitcoin est de 43 630 $. 

La filiale crypto de la Société Générale lance son stablecoin sur Bitstamp

On finit cette rétrospective crypto 2023 avec un cocorico ! Cette nouvelle nous vient de Forge, la filiale d’actifs numérique de la Société générale. Plus tôt dans l’année, Forge a obtenu son agrément PSAN auprès de l’AMF.

En cette fin d’année, Forge va plus loin ! La filiale de la Société Générale a annoncé le 6 décembre 2023 le lancement de son propre stablecoin ! Le stablecoin en question est l’EUR CoinVertible ou EURCV. Pour être précis, le stablecoin EURCV a été créé en avril 2023 sur la blockchain Ethereum. En décembre, Forge a annoncé mettre son stablecoin à disposition du public. Le 6 décembre 2023, l’EURCV est ainsi listé sur l’exchange crypto Bitstamp.

Vous l’aurez compris, l’année a été riche en actualité et la suivre pour vous a été un plaisir de la part de toute la rédaction du Journal du Coin. À l’année prochaine donc, pour de nouvelles crypto aventures !

Pour vous, c’est décidé, vous dites « oui » aux cryptomonnaies ! Faites le plein de Bitcoin, d’Ether et autres tokens sur Binance, leader des exchanges et bénéficiez de 10 % de remise sur vos frais de trading.

Lien commercial

L’article Rétrospective crypto : retour sur un an d’actualité (Partie 2) est apparu en premier sur Journal du Coin.

Rétrospective crypto 2023 : Retour sur un an d’actualité (partie 1)

https://journalducoin.com/bitcoin/retrospective-crypto-2023-retour-sur-un-an-dactualite-partie-1/

2023, une année crypto qui a commencé difficilement… L’année 2023 est (déjà) sur le point de se terminer. Alors que les fêtes de fin d’année se profilent, vous cherchez un sujet de conversation pour briller auprès de vos convives ? Optez pour la crypto ! 

Vous avez besoin d’un petit rafraîchissement sur l’actu crypto de 2023 ? Nous vous proposons justement une série de deux articles qui font la rétrospective crypto de 2023 de façon chronologique. Dans ce premier article, nous allons considérer les 10 premiers faits marquants qui se sont produits sur le premier semestre de l’année. Si, en revanche, vous envisagez d’expliquer le Bitcoin à vos grands-parents, nous vous souhaitons d’abord bon courage, puis nous vous recommandons de vous préparer en lisant cet article sur l’histoire du BTC !

Lancement des Ordinals sur Bitcoin 

L’année a commencé sur les chapeaux de roue avec l’arrivée des Ordinals ! Si ce nom ne vous dit encore rien, vous avez sûrement déjà entendu parler des NFT. Les NFT sont des jetons non fongibles stockés sur une blockchain, qui contiennent les informations associées à une image, vidéo, etc. Depuis leur création, les NFT étaient principalement stockés sur la blockchain Ethereum.

Mais les Ordinals ont tout bousculé et ont ouvert le secteur des NFT à la crypto reine Bitcoin ! Le protocole Ordinals a été créé le 20 janvier 2023 par Casey Rodarmor, un développeur Bitcoin. Le succès a tout de suite été au rendez-vous. D’ailleurs, Bitcoin est désormais la blockchain principale sur le marché des NFT.

Faillite de la firme crypto Genesis 

Les effets du bear market de 2022 se sont malheureusement encore fait sentir en 2023. Ainsi, dès janvier 2023, on apprenait une nouvelle faillite d’un acteur crypto important : Genesis. Genesis est une firme qui fait partie du groupe DCG, Digital Currency Group.

Ceci dit, cela n’a pas été une surprise pour les observateurs attentifs. En effet, la firme de prêt cryptos était en mauvaise posture depuis 2022. Sans surprise, le 20 janvier 2023, l’entreprise Genesis s’est déclarée en faillite via le chapitre 11 de la législation américaine.

 

La NYDFS interdit l’émission de stablecoins BUSD par Paxos

L’une des informations principales du mois de février a porté sur la régulation des stablecoins. Dès le début de l’année 2023, on a vite compris que les régulations cryptos allaient devenir LE sujet brûlant… 

En février, la NYDFS (New York Department of Financial Services) a ainsi interdit à la firme Paxos d’émettre le stablecoin BUSD. Pour la NYFDS, le stablecoin est un actif qui fait partie des “securities” et qui se doit donc d’être enregistré avant d’être proposé à la vente. Le ton était donné pour le reste de l’année… 

Hack crypto d’Euler Finance 

Malheureusement, comme chaque année, la crypto n’échappe pas à son lot d’attaques et de vols de grande envergure. A moins que 2023 voit arriver un hacker de la dernière heure, à ce jour, Euler Finance remporte la « palme » du plus grand hack crypto de 2023.

Euler Finance est une plateforme d’emprunt et de prêt crypto qui fonctionne sur Ethereum. Le vol flash d’Euler Finance s’est produit le 13 mars 2023. Les pirates ont dérobé un butin équivalent à 197 millions de dollars en Wrapped Bitcoin (WBTC), DAI (DAI), ETH stackés et USDC. Un beau butin, même si on est encore loin du triste record établi par Ronin Network et ses 625 millions de dollars volés en mars 2022.

Mais, l’histoire d’Euler Finance ne s’arrête pas là ! Contre toute attente, les pirates se sont excusés et ont restitué les fonds volés en plusieurs étapes. Finalement, une belle histoire à raconter à Noël !

Le hack de Euler Finance est un des plus gros de l'année.

Uniswap s’ouvre à la BNB Chain

Uniswap est le principal exchange décentralisé (DEX) sur le marché. Contrairement aux CEX du type Binance, il permet d’échanger des cryptos de pair-à-pair via des pools de liquidités. 

Uniswap a été créé à l’origine sur Ethereum, blockchain reine en matière d’applications décentralisées. Mais en mars 2023, Uniswap a fait la une en s’ouvrant sur la blockchain Binance

Ce positionnement stratégique est gagnant-gagnant. En étant désormais compatible avec la blockchain Binance, Uniswap entend doubler certains de ses concurrents comme PancakeSwap. Du côté des utilisateurs, ils peuvent profiter de frais moins élevés sur la blockchain Binance comparé à un réseau Ethereum souvent congestionné. Un grand pas dans le domaine des DEX !

Arrestation du fondateur de l’écosystème crypto Terra 

Après Sam Bankman-Fried en décembre 2022, une autre personne tristement célèbre s’est fait rattraper par la patrouille. Le 24 mars 2023, le fondateur de l’écosystème Terra, Do Kwon, s’est fait arrêter par la police au Monténégro.

Pour rappel, le stablecoin TerraUSD a perdu son peg et a provoqué la chute de l’écosystème Terra en 2022, catalysant un bear market alors latent. Cette chute a causé des dégâts très importants. Peu après, les autorités de Corée du Sud ont décidé de poursuivre Do Kwon pour fraude et autres infractions. Longtemps en fuite, Do Kwon avait été inscrit sur la liste rouge d’Interpol.

La justice du Monténégro a eu du fil à retordre avec Do Kwon et sa potentielle extradition.

 

Upgrade Shapella sur Ethereum

Malgré le bear market, les développements blockchain se sont poursuivis en 2023. Prenons l’exemple d’Ethereum. La fin d’année 2022 avait été marquée par le grand évènement de The Merge. La blockchain Ethereum avait alors migré d’un modèle de consensus de POW à celui plus vertueux de la POS.

En avril 2023, les développeurs Ethereum ont lancé leur upgrade Shapella. Pour faire simple, Shapella est la combinaison de deux mises à jour très attendues : Shanghai et Capella. En particulier, la mise à jour Shapella comportait l’EIP 4895. Cet EIP (« Ethereum Improvement Proposal ») permet aux utilisateurs de récupérer plus facilement leurs tokens en staking.

Mise à jour Cortina sur Avalanche 

Après Bitcoin et Ethereum, parlons d’une autre blockchain de renom qui a connu une mise à jour importante en 2023. Il s’agit d’Avalanche (AVAX). Pour rappel, Avalanche est un écosystème blockchain qui se compose de trois “chains” : 

  • Chain X (eXchange) qui sert à l’échange cryptos ;
  • Chain C (Contract) qui sert à l’exécution des smart contracts ;
  • Chain P (Platform) (layer 0) qui permet de créer des blockchains layers 1 compatibles entre elles.

Le 25 avril 2023, les développeurs ont lancé la mise à jour Cortina. Pour résumer simplement, Cortina a permis d’harmoniser le protocole de consensus des 3 chains évoquées ci-dessus. De plus, Cortina a augmenté la limite des frais de gas sur la chain C pour augmenter la création d’applications décentralisées. 

Lancement sur le marché du Pepe Coin (PEPE) 

Malgré une conjoncture crypto compliquée, l’année 2023 a vu des « naissances » en crypto ! Le marché crypto accueille chaque mois de nouveaux projets. Le principal token qui a vu le jour en 2023 s’appelle Pepe Coin (PEPE).

Créé en avril 2023, PEPE est un mèmecoin. Il se situe dans la même catégorie qu’ApeCoin (APE) par exemple, lancé un an plus tôt. Un mème coin de plus… vous allez dire qu’il n’y a pas de quoi s’enthousiasmer ? C’est vrai ! Pour autant, il faut reconnaître que ce token a fait plusieurs fois l’actu en 2023, notamment en raison des variations impressionnantes de son cours. 

Son lancement, puis son listing sur Binance, sont deux événements qui ont notamment propulsé le cours du PEPE. Le prix du Pepe Coin a tellement augmenté que fin octobre 2023, le jeton flirtait avec le top 30 mondial. À l’heure actuelle, la capitalisation du Pepe Coin est de 580 millions de dollars, ce qui positionne le token dans le top 100 mondial.

Banqueroute de l’exchange crypto Bittrex

Le dernier évènement crypto du premier semestre 2023 mentionné ici concerne malheureusement une (autre) banqueroute… L’exchange crypto Bittrex s’est ainsi déclaré en faillite le 9 mai 2023. Bittrex faisait partie du groupe Bittrex Global implanté au Liechtenstein.

Quelques mois avant sa fermeture, l’exchange avait été inquiété par la SEC. La situation avait d’ailleurs dégénéré, au point que la plateforme a arrêté ses services cryptos dans l’État de New-York, puis dans tous les États-Unis en avril 2023. Au moment de sa fermeture, Bittrex possédait entre 500 millions et 1 milliard d’actifs numériques…  

Nous voici à la moitié de l’année 2022 et comme vous pouvez le voir, de nombreux évènements ont rythmé les marchés. Rendez-vous le week-end prochain pour la deuxième partie de cette série dédiée aux évènements crypto de l’année 2023.

Pour vous, c’est décidé, vous dites « oui » aux cryptomonnaies ! Faites le plein de Bitcoin, d’Ether et autres tokens sur Binance, leader des exchanges et bénéficiez de 10 % de remise sur vos frais de trading.

Lien commercial

L’article Rétrospective crypto 2023 : Retour sur un an d’actualité (partie 1) est apparu en premier sur Journal du Coin.

Top 5 des blockchains NFT : Bitcoin, encore première

https://journalducoin.com/nft/top-5-blockchains-nft-bitcoin-premier/

Bitcoin encore et toujours numéro un… Le marché des NFT a fait beaucoup parler de lui en 2021 avec une capitalisation de l’ordre de 41 milliards de dollars. À cette période-là, de nouvelles collections NFT débarquaient chaque semaine sur les marketplaces. Certains NFT voyaient leur prix exploser et être vendus pour des millions d’euros ! 

Avec le bear market, le marché des NFT a perdu de sa superbe. Pour autant, il n’a pas disparu, loin de là ! Le secteur en a profité pour se restructurer et voir de nouveaux acteurs débarquer. Dans cet article, nous vous présentons les 5 plus grandes blockchains NFT du moment en termes de volume d’échanges. 

Bitcoin (BTC)

Bitcoin (BTC) est habitué aux premières places, mais certainement pas dans le domaine des NFT. En effet, jusqu’à peu, la blockchain Bitcoin ne pouvait pas héberger de NFT. Pourtant, vous serez peut-être étonné de savoir que sur les 30 derniers jours, Bitcoin est la blockchain la plus active sur le secteur des NFT.

D’après les données de Cryptoslam, la blockchain Bitcoin a enregistré un total de ventes NFT de 560 millions de dollars sur les 30 derniers jours. Alors, comment est-ce possible ? L’arrivée de Bitcoin dans les NFT est récente. En fait, il correspond au lancement des Ordinals en janvier 2023. Pour rappel, les Ordinals sont un protocole créé par le développeur Casey Rodarmor. Ce protocole permet de stocker du contenu directement sur la blockchain Bitcoin. Avec Ordinals, les NFT sont donc stockés dans les 4 Mo des blocs Bitcoins. 

Ordinals a rencontré un tel succès que d’autres technologies en rapport avec les NFT sont arrivées dans la foulée sur Bitcoin, comme les tokens BRC-20 et SRC-20. Ces technologies sont quelque peu différentes de celles des NFT sur Ethereum par exemple. Quoi qu’il en soit, elles ont permis de donner une nouvelle utilité au Bitcoin en l’ouvrant sur le secteur porteur des NFT. Le succès est d’ailleurs au rendez-vous puisque Bitcoin truste directement la première place sur les NFT, devant le mastodonte Ethereum…

Ethereum (ETH)

Justement, parlons à présent d’Ethereum (ETH), deuxième crypto mondiale en matière de capitalisation ! Cette blockchain est leader sur le secteur des applications décentralisées. C’est sur Ethereum que fonctionnent la plupart des grandes marketplaces NFT, comme OpenSea ou Blur par exemple. De plus, Ethereum permet le stockage des tokens ERC-721, qui correspondent au standard des NFT.

Pendant longtemps, Ethereum a donc régné en maître dans le royaume des NFT. Pour autant, l’arrivée de Bitcoin dans les NFT a changé la donne. Ainsi, la blockchain Ethereum se classe désormais numéro 2 en termes de ventes NFT sur les 30 derniers jours. 

D’après les données de Cryptoslam, la blockchain Ethereum a enregistré un nombre total de ventes NFT équivalent à 385 millions de dollars sur les 30 derniers jours. Si ce volume est en hausse de près de 14 %, il n’en reste pas moins inférieur de 30 %  à celui du Bitcoin évoqué ci-dessus. 

Ethereum, la deuxième blockchain NFT de ce top 5

Solana (SOL)

À la troisième place de classement, on retrouve un Ethereum killer, Solana (SOL). Le projet Solana, porté par Anatoly Yakovenko, remonte à 2017. Le mainnet, lui, a été lancé en 2020. Au moment de la rédaction de cet article, la crypto SOL se classe dans le top 10 mondial en matière de capitalisation. 

Les développeurs de Solana ont principalement misé sur la scalabilité du réseau. De plus, la blockchain aime à rappeler sa sobriété environnementale. En novembre 2021, la fondation Solana a ainsi livré une étude qui montrait que le coût environnemental d’une transaction SOL est quasiment similaire à celui… d’une recherche Google !

Avec sa forte scalabilité, Solana a su attirer rapidement les applications décentralisées sur son réseau et aussi… les NFT. D’après les données de Cryptoslam, la blockchain Solana a enregistré un volume de ventes NFT de 196 millions de dollars sur les 30 derniers jours

Le regain d'activité sur Solana a hissé la blockchain à la troisième place de ce top

Polygon (MATIC)

Polygon (MATIC) se hisse à la quatrième place de ce classement NFT ! Pour rappel, le Polygon est une solution layer 2 associée à Ethereum. Elle permet de fluidifier le trafic sur le réseau Ethereum en “captant” certaines transactions. Les layers 2 sont de plus en plus développés à l’heure actuelle, car ils permettent d’éviter les congestions des réseaux layers 1. Pour plus d’infos à ce sujet, nous vous invitons à consulter notre article sur les différentes technologies layers 2 présentes sur le marché.

Polygon possède son propre jeton appelé MATIC. Au moment de la rédaction de cet article, le token MATIC se classe dans le top 15 mondial en matière de capitalisation. Mais quid des NFT ? D’après les données de Cryptoslam, le réseau Polygon a enregistré un volume de ventes NFT de 42 millions de dollars sur les 30 derniers jours.

Polygon quatrième de ce classement des blockchains

Immutable (IMX)

À la 5ème place du classement NFT, on trouve le token Immutable (IMX). Même si vous suivez un peu l’actu crypto, il y a des chances pour que vous ne connaissiez pas ce token. Alors, qu’est-ce qu’Immutable ? En fait, il s’agit d’une solution layer 2 associée à Ethereum. Si elle présente des similarités avec Polygon, Immutable se distingue par son positionnement exclusif sur… les NFT et les jeux Play-to-earn (P2E). D’ailleurs, Immutable est connue comme LA “crypto NFT” ! À l’heure actuelle, le token IMX se classe dans le top 30 par sa capitalisation.

Si on regarde les chiffres, le pari d’Immutable semble réussir. D’après les données de Cryptoslam, Immutable a enregistré un volume de ventes NFT de 23 millions de dollars sur les 30 derniers jours !

Immutable X à la dernière place de notre classement des blockchains NFT

Que retenir de ce top 5 ? 

Ce top 5 a été réalisé sur les chiffres des 30 derniers jours. Si le top 3 est globalement toujours le même, d’autres blockchains arrivent parfois à se hisser au 4ᵉ et 5ᵉ rang du classement comme :

  • Avalanche (AVAX) ;
  • Arbitrum (ARB) ;
  • Mythos (MYTH) ;
  • BNB Chain (BNB) ;
  • Cardano (ADA).

L’arrivée d’Ordinals et d’autres technologies qui lui ont emboîté le pas a donc tout changé sur le secteur des NFT ! Avec ces nouvelles fonctionnalités, Bitcoin a réussi à prendre la première place de façon nette, aux dépens d’Ethereum. Même en ajoutant les ventes de ses layers 2 (Polygon et Immutable en l’occurrence), Ethereum comptabilise un volume de 450 millions de dollars, encore loin des 560 millions de Bitcoin. 

Une autre chose à retenir de ce classement concerne les Ethereum killers. On constate que mis à part Solana, les autres concurrents d’Ethereum n’arrivent pas à se tailler une part importante du marché des NFT. Par exemple, malgré ses nombreux efforts, Cardano reste encore très en retrait sur les NFT.

Le marché des NFT est donc encore en demi-teinte avec la conjoncture crypto actuelle. S’il est encore trop tôt pour s’enthousiasmer, d’après la banque JP Morgan, les chiffres mentionnés ci-dessus montrent que le secteur est toujours actif et en phase de reprise

Si vous aimez le rugby et les jeux de type fantasy game, le projet Oval3 vous propose de vous mesurer à d’autres joueurs dans des competitions où vous allez composer votre dream team à base de NFT

Lien commercial

L’article Top 5 des blockchains NFT : Bitcoin, encore première est apparu en premier sur Journal du Coin.

​Blockchain : quels sont les différents types de layer 2 ?

https://journalducoin.com/?p=653469

Booster la scalabilité des blockchains. Bitcoin et Ethereum sont les deux blockchains qui font le plus parler en crypto. Rien d’étonnant puisqu’il s’agit des deux plus grands projets cryptos en termes de capitalisation. Pour autant, le secteur de la blockchain est bien plus vaste que ces deux réseaux. Par exemple, il faut savoir que les blockchains se déclinent en « layers » aussi appelés « couches » ou « niveaux ». En l’occurrence, Bitcoin et Ethereum sont des blockchains de « niveau 1 » (layer 1). Or, il existe aussi un niveau 2 en blockchain. D’ailleurs, les layers 2 suscitent un fort engouement en 2023. Découvrez ce qu’est un layer 2, ainsi que les différentes technologies utilisées sur le marché.

À quoi sert un layer 2 en blockchain ?

Découvrez ci-dessous le principe d’un layer 2.

​Le trilemme de la blockchain

Si vous suivez un peu la crypto, vous avez peut-être entendu parler du « trilemme » de la blockchain. Celui-ci est issu du théorème CAP (ou Brewer) dont la théorie remonte à 1998. Pour faire simple, la conception d’une blockchain s’articule autour des trois paramètres suivants : 

  • Scalabilité ;
  • Sécurité ;
  • Décentralisation.

Or, ces trois critères ne peuvent pas tous être satisfaits pleinement ; un arbitrage doit être fait pour en prioriser deux au détriment du troisième

Beaucoup de blockchains ont fait le pari de privilégier la sécurité et la décentralisation. En conséquence, elles rencontrent des soucis au niveau de leur scalabilité. Concrètement, elles ne sont pas capables de gérer un grand nombre de transactions, ce qui se traduit par des congestions au niveau du réseau. C’est le cas de Bitcoin et Ethereum par exemple. 

​Layer 2 : un « booster » de blockchain

La scalabilité est devenue un véritable enjeu à l’heure actuelle. En effet, une mauvaise scalabilité est un frein pour viser une adoption massive de la blockchain. C’est là qu’entrent en jeu les niveaux 2. Ces solutions permettent de booster les performances d’une blockchain et apparaissent comme incontournables pour l’avenir crypto. Mais un layer 2, c’est quoi ?

Un niveau 2 est une couche qui se greffe sur un niveau 1 (Ethereum par exemple) pour en augmenter la scalabilité. S’il fallait prendre une comparaison, on pourrait dire qu’un niveau 2 est similaire à une voie d’autoroute supplémentaire qui permet de fluidifier le trafic.

​Les différents types de layers 2 

Vous trouverez ci-dessous une vue d’ensemble des principaux layers 2 sur le marché à l’heure actuelle.

​Sidechains

Le principe de sidechain a été décrit pour la première fois dans un livre blanc paru en 2014. Une sidechain désigne une (block)chain qui se greffe à une blockchain principale (layer 1). Elle permet d’améliorer la scalabilité de cette blockchain principale tout en assurant une interopérabilité. Bien que connectée à une blockchain principale, la sidechain reste responsable de la sécurité de ses transactions. Autrement dit, une sidechain doit mettre en jeu un consensus de validation, le plus souvent POW (Proof-Of-Work) ou POS (Proof-Of-Stake)

À l’heure actuelle, les deux sidechains les plus connues sont :

  • Polygon (MATIC) sur Ethereum ;
  • Liquid Network sur le Bitcoin.

Rollups ​Optimistic 

Les rollups du type Optimistic sont conçus pour exécuter le contrat intelligent en dehors de la blockchain layer 1 (off-chain). Ce faisant, le réseau principal se trouve moins encombré et les frais de transaction ne s’envolent pas. Contrairement aux sidechains, la sécurité de ces rollups est assurée par le réseau principal puisque la transaction est in fine inscrite sur celui-ci.

À l’heure actuelle, la plupart des rollups Optimistic fonctionnent sur Ethereum, comme Optimism (OP) et Arbitrum (ARB).

Rollups zero-knowledge 

Le principe d’un rollup zero-knowledge (ou rollup zk) est de regrouper le traitement d’un grand nombre de transactions, puis de publier un minimum d’informations sur la blockchain principale

De plus, ces rollups assurent une protection optimale des données. En effet, ils fonctionnent sur la technologie appelée « zero knowledge » (zk), ou « zéro connaissance » en français. Le principe du zk est d’assurer une validation sans pour autant transmettre d’informations de première importance. 

Prenons un exemple simple. Joshua et Miriam ont effectué la même tâche et ont reçu leur paie. Ils veulent vérifier s’ils ont reçu le même montant. Sur un modèle de POW ou de POS, c’est simple, Joshua et Miriam diraient ouvertement combien ils ont gagné. 

Le modèle zk, quant à lui, permet d’arriver à la même conclusion, mais sans divulguer les salaires. Reprenons notre exemple. Pour simplifier, disons que Joshua et Miriam savent qu’ils ont gagné soit 80 €, 100 € ou 150 €. Joshua utilise trois boîtes. Chaque boîte est fermée avec une clé spécifique et étiquetée avec l’un de ces trois montants. Il garde la clé de la boîte qui porte l’étiquette de sa paie. Miriam, de son côté, possède trois étiquettes, deux portant le signe « ≠ » et une « = ». Si elle a gagné 100 €, elle mettra l’étiquette « = » dans la boîte correspondante et « ≠ » dans les deux autres boîtes. Joshua arrive, ouvre la boîte dont il possède la clé et présente l’étiquette à Miriam. S’il s’agit de l’étiquette « ≠ », les deux sauront qu’ils n’ont pas reçu la même paie, sans pour autant connaître le montant exact que l’autre a touché. La confidentialité est donc assurée !

Cette technologie équipe notamment les cryptos en pointe sur l’anonymat et la protection des données, comme Zcash (ZEC). Le principe a été décliné en plusieurs types, par exemple :

  • ZK-SNARK ;
  • ZK-STARK ;
  • ZKSync ;
  • ZK EVM.

​Channels

Les channels (canaux) sont des protocoles pair-à-pair gérés par des contrats intelligents multisignatures (« multisig »). Concrètement, cela permet de réaliser plusieurs transactions en dehors de la blockchain principale. Il en résulte un gain en scalabilité sur la blockchain principale puisque seulement deux transactions y seront inscrites : la première qui a ouvert le « canal » et la dernière qui l’a fermé.

Sans entrer dans les détails, il existe deux types de channels layers 2 :

  • Paiement (payment) ;
  • Canal d’état (state channel).

Par contre, ces canaux doivent être surveillés de près par les utilisateurs impliqués dans les transactions pour éviter que les fonds soient volés par une personne malveillante. À l’heure actuelle, le channel layer 2 le plus connu est le Lightning Network qui fonctionne sur Bitcoin.

​Plasma

Le layer 2 de type Plasma a été présenté pour la première fois dans un livre blanc sorti en 2017. Chose intéressante, ce livre blanc est cosigné par :

  • Vitalik Buterin, co-fondateur d’Ethereum et supporter du rollup zk EVM ;
  • Joseph Poon, une des personnes à l’origine du Lightning Network, un layer 2 de Bitcoin.

La technologie Plasma est complexe. Pour faire simple, on peut dire qu’elle est similaire à celle des sidechains, à quelques différences près. Contrairement à une sidechain, Plasma enregistre la racine (hash) de chacun de ses blocs sur la blockchain principale. Cela permet aux utilisateurs d’avoir une « preuve » disponible sur le réseau principal que leur transaction a été réalisée sur la chaîne Plasma. 

De plus, le niveau de sécurité d’une chaîne Plasma est équivalent à celui de la blockchain principale. Sur une sidechain, en revanche, la sécurité est assurée par le protocole de consensus mis en place « localement ». Par contre, le transfert d’actifs d’une chaîne Plasma vers la blockchain principale est plus compliquée qu’avec une sidechain. En particulier, il se heurte à un risque bien connu des développeurs, appelé « mass exit ». Celui-ci se produit lorsque trop d’utilisateurs veulent retirer leur fonds sur la blockchain principale en même temps.

Les layers 2 jouent un rôle important en blockchain. Il n’est donc pas étonnant de les voir se multiplier en 2023. L’un des derniers layers 2 en date nous vient (encore) d’Ethereum avec Blast.

Wakweli est un layer 1 basé sur un nouvel algorithme de consensus décentralisé qui délivre des certificats d’authenticité, pour les NFT entre autre, afin de sécuriser l’écosystème Web3

Lien commercial

L’article ​Blockchain : quels sont les différents types de layer 2 ? est apparu en premier sur Journal du Coin.